A paraître…in « Renewable Energies and European Landscapes: Lessons from southern European cases (ed. Springer)

THE NATURE OF RESOURCES

Conflicts of landscape in the Pyrenees during the rise of hydroelectric power

Serge BRIFFAUD*, Emmanuelle HEAULMÉ*, Véronique ANDRÉ-LAMAT**, Bernard DAVASSE*,

Isabelle SACAREAU**

* ADESS – UMR 5185 du C.N.R.S. – Equipe CEPAGE – E.N.S.A.P. Bordeaux

** ADESS – UMR 5185 du C.N.R.S. – Université de Bordeaux III

 Abstract. The development of hydroelectricity in the French central Pyrenees at the beginning of the 20th century gave rise to some strong resistance, all in the name of landscape preservation and protection of the tourist resource that it represented. Space had to be shared, and some reserves of picturesque features were obtained from the industrialists, in exchange for a free hand in tourist development. The chapter analyses how the interplay of actors brings about this spatial partition. It shows the ambivalence of the discourse constructed to legitimise it. By looking in depth at the case of the protected site of Gavarnie, it sheds light on the nature of the social issues that were emerging as a background to this resistance to hydroelectricity in the landscape and shows how, through it, the power of an elite as an aesthetic authority, was imposed on communities in the mountain areas.

 

HYDROPOWER AND MOUNTAIN LANDSCAPE IN SPAIN

The development of renewable energies in Sierra Nevada (Southern Spain)

Marina Frolova*, Yolanda Jiménez*, Miguel Ángel Sánchez*, Alfredo Requena*, Belén Pérez*

* University of Granada

 Abstract. This chapter explores some of the key aspects of the relationship between mountain landscape and hydropower and its long-standing, changeable relationship with tourism development. Our case study of the Sierra Nevada mountain-range in Southern Spain (Andalusia) shows how the development of renewables affects mountain landscapes and landscape values. There are various hydropower plants in the study area and wind and solar power infrastructures developed fast over the period 2004-2010. The analysis of the evolution of hydropower in mountain landscapes provides useful lessons for understanding the influence of new forms of renewable energy, not only in terms of their landscape impact, but also in terms of the emerging landscape values.

 

HYDROPOWER EXPLOITATION IN THE PIAVE RIVER BASIN (Italian Eastern Alps)

A critical reading through landscape

Viviana Ferrario* and Benedetta Castiglioni**

*Università Iuav di Venezia; **Università degli Studi di Padova

 

Abstract Renewable energies have been one of the main driving forces of European landscape change in the last ten years. Despite its acknowledged contribution to sustainable development, “renewable” is not ipso facto “sustainable”: on the contrary renewable energies can have negative impacts and create both environmental and societal conflicts. Landscape is often at the heart of these conflicts, both as an object to protect and as a tool to debate on. This situation drives us to reflect in terms of “landscapes of energy”. This paper investigates the relationships between energy production and the territory, using landscape as a tool for a critical reading of past and current hydropower exploitation in the Piave river basin, in the Italian Eastern Alps. Regional policies and local practices related with the development of small hydropower exploitation are analysed under the point of view of strategies, values and meanings expressed by different actors. The analysis reveals weaknesses of the policies and the practices risking to miss the objective to integrate energy with landscape.

Le rôle donné au terrrain

Cette recherche présente, nous le rappelons ici, un double défi, relatif d’une part à son caractère international — et, partant, interculturel — et d’autre part à la pratique de l’interdisciplinarité. Ces deux dimensions ne peuvent être séparées, dans la mesure où, en particulier, la répartition des laboratoires de recherche sur la carte de l’Europe correspond, tout au moins potentiellement, à des différences d’approches du paysage, et ce faisant de ses relations au « complexe énergétique » ; différences dans lesquelles transparaissaient à la fois des compétences disciplinaires spécifiques, des habitus d’équipes de recherche, des choix personnels d’orientation et des sensibilités culturelles pour partie inhérentes à la diversité des pays représentés. Le partage principal paraît se situer entre ceux qui, d’un côté, aborde le paysage dans sa dimension matérielle et comme objet de projet, et ceux qui, d’un autre côté, le regarde plutôt comme une catégorie de perception et d’action culturellement construite, support potentiel de constructions identitaires et de recompositions sociales et territoriales.

Sans chercher à gommer cette diversité d’approches, qui fait la richesse potentielle de cette expérience européenne de recherche, il est nécessaire de la rendre compatible avec un cadre de recherche partageable. Pour cela, les travaux collectifs sur le terrain se sont avérés un outil incontournable. Comme nous le pressentions, ils ont été un lieu privilégié de décloisonnement des disciplines et des approches. Ainsi, chaque participant à la recherche a été amené à donner son point de vue et à échanger sur la base d’observation faite in situ. Cela a permis à chacun d’évoluer vers la construction d’un objet commun, tout en conservant son identité et la spécificité de son approche.

Cette pratique collective de « lecture du paysage » constitue un aspect fondamental de ce que nous appelons la médiation paysagère. Elle permet d’échanger, entre chercheurs ou entre chercheurs et acteurs, autour d’un support tangible d’observation et de construire une interprétation commune de ce que nous proposons d’appeler les « situations paysagères » propres aux quatre terrains étudiés, mais aussi, et peut-être surtout, de faire apparaître les représentations implicites propres à chacun des participants à cette lecture, selon sa discipline ou sa culture propres. Si le paysage perceptible est l’un des objets de cette recherche, il est ainsi également appelé à être un des outils de construction de l’échange.

Rapport d’activité à 1 an

Les membres de l’équipe du programme ont rendu en mai 2013 un rapport intermédiaire composé de deux volumes.

Le volume 1 était consacré à l’état d’avancement du programme (cf. table des matières ci-dessous), quant au volume 2 il rassemblait  les productions scientifiques réalisées au cours de cette année.

NB : Le II/3 qui explicite le rôle donné au terrain au sein du projet fait l’objet d’un billet spécifique.

 

Introduction

 

Sur l’état d’avancement des travaux

 

Sur l’orientation générale de cette première phase de la recherche

 

Sur la forme donnée à ce rapport

 

 

I. ÉVOLUTION DES ORIENTATIONS ET DES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA RECHERCHE

 

1. Fonder la comparaison sur un cadre théorique intégrateur : une adaptation du « système G.T.P. »

 

2. Les scénarios paysagers de l’énergie, ou comment le complexe  énergétique rencontre le complexe paysager montagnard   

 

3. Les figures paysagères de l’énergie, ou comment le rapport à la ressource énergétique rencontre les logiques de ressourcement

 

4. Outils de travail et modes de représentation des scénarios et lectures de paysage

 

5. L’analyse des conflits

 

 

II. COORDINATION ET MODALITÉS DU TRAVAIL EN ÉQUIPE

 

1. Les séminaires de coordination

 

2. Autres aspects du travail de coordination

 

3. Le rôle donné au terrain

 

 

III. DONNÉES RASSEMBLÉES ET DÉMARCHES MISES EN ŒUVRE

 

A. Constitution et analyse du corpus documentaire

 

1. Sources

 

2. Bibliographie

 

B. Construction de périodisations

 

C. Observations sur le terrain et rencontre avec les acteurs locaux

 

 

IV. ÉLÉMENTS DE COMPARAISON

 

a. Comparaison des données de base

 

b/ les scénarios paysagers de l’énergie à la lumière de la comparaison : une dialectique du monographique et du polygraphique

 

1. La ressource énergétique et la montagne agro-pastorale et forestière

 

2. Exploitation de la ressource énergétique, tourisme et construction d’un espace du ressourcement

 

3. Les situations énergético-paysagères contemporaines au regard de la longue durée : de la recherche fondamentale à la médiation

 

 

V. CALENDRIER

                                                                        

Construire une méthodologie entre recherche et médiation

Sur les registres entrelacés de la recherche et de la médiation, la construction d’une méthode et son expérimentation est au coeur du travail des étudiants. Basé sur un travail de terrain préalable associé à un travail épistémologique et critique, le cadre méthodologique et les démarches associées sont imaginées de manière autonomes par les étudiants et discutées avec les enseignants-chercheurs participant à l’encadrement du séminaire, qui sont eux-mêmes impliqués dans cette recherche en cours.

rendu1_Page_07

 

 

 

Trois stratégies ont été définies :

1°- La stratégie du cueilleur qui vise à acquérir des connaissances en matière de ressources énergétiques et de ressources paysagères auprès des habitants/acteurs. On attend de cette démarche qu’elle permette de faire émerger des points de vues partagés (ou pas) et de dégager des pistes de projets convergentes. Cette démarche est menée sur la base d’enquêtes (plus au moins directives) auprès des acteurs locaux à partir d’un guide d’entretien et avec un certain nombre de  supports (cartes IGN, photographies …).

2°- La stratégie du traducteur dont l’objectif est de transcrire graphiquement et spatialiser les paroles d’acteurs. Ce travail d’interprétation passe par l’imagination et la production de schémas, de blocs diagrammes qui restituent les «paroles d’acteurs».

3°- La stratégie du semeur qui cherche tout d’abord à constituer une « boite à idée » à partir d’exemples de projets locaux, régionaux, nationaux et mondiaux. Elle vise également à établir une «cartographie des initiatives  locales» associant actions en faveur de la transitions énergétiques et projet de territoire. Cette démarche doit permettre un suivi des actions en place ou à venir sur le territoire.

Grenade : compte-rendu des sorties de terrain

Par Serge Briffaud, à partir des informations communiquées sur place par Marina Frolova-Ignatieva, Yolanda Jiménez Olivencia, Miguel Ángel Sánchez del Árbol et Alfredo Requena Galipienso.

Les participants ont été accueillis au sein de l’Instituto de Desarrollo Regional de l’Université de Grenade. Le séminaire avait pour but principal de permettre aux chercheurs des quatre pays de prendre connaissance du terrain andalou et d’échanger sur les premiers résultats obtenus pour esquisser une comparaison à l’échelle internationale. Les sorties de terrain dans la Sierra Nevada organisées par l’équipe espagnole ont largement contribué elles-mêmes à stimuler et à nourrir les discussions sur la comparaison des cas d’étude. Elles ont aussi constitué un fondement pour un retour réflexif sur les modalités mêmes de la construction de la comparaison, les concepts et le cadre théorique partageables qui en constituent le fondement.

Carte 1 : Itinéraire dans la vallée du Genil.

Carte itinéraire Genil

Carte 2 : Itinéraire en vallée de Lecrin et dans les Alpujarras

Carte itinéraire Alpujarras

 

 

 

 

 

 

Conduites par Marina Frolova-Ignatieva, Yolanda Jiménez Olivencia, Miguel Ángel Sánchez del Árbol et Alfredo Requena Galipienso, ces sorties nous ont permis de visiter la vallée du Genil (carte 1, lundi 28/01) et de Lecrin, Nigüelas (mardi après-midi 29/01) et la vallée du rio Poqueira (mercredi 30/01, carte 2). Les observations faites in situ ont globalement confirmé la pertinence de la problématique centrale de notre recherche sur le terrain andalou et la comparabilité des résultats, tout en permettant de mieux saisir les particularités du cas de la Sierra Nevada.

Le premier constat est celui de l’importance relative des infrastructures énergétiques dans les paysages actuels. Eoliennes du Lecrin, lac de barrage du Genil et de Béznar (dont la fonction n’est toutefois que partiellement hydroélectrique), centrales et conduites forcées du rio Poqueira s’imposent dans le paysage, avec parfois une ostentation critiquée (éoliennes du piémont), ou au contraire des avantages esthétiques reconnus (lac du Genil et du Lecrin).

 

Genil et Alpujarras : la ressource hydroélectrique au carrefour des mutations territoriales et paysagères

Le Genil et les Alpujarras (versant sud de la Sierra Nevada) illustrent parfaitement les interrelations, dont l’analyse constitue le cœur même de notre recherche, entre exploitation de la ressource énergétique, développement touristique, politiques forestières et exploitation des ressources agro-pastorales. La vallée du Genil, qui s’ouvre à proximité immédiate de Grenade, est l’un des lieux de mémoire de la « conquête » touristique de la Sierra Nevada, qui débute ici à la fin du XVIIIème siècle. Lieu de villégiature pour les Grenadins, elle constitue l’une des vallées les plus fréquentées du massif. Ici l’exploitation de la ressource hydroélectrique apparaît très directement liée, historiquement, au développement touristique [1]. Une centrale (la plus ancienne du massif) est créée dès 1898 à Pinos de Genil, en contrebas du barrage actuel et une autre plus bas en 1907, qui alimente une usine de blanchissement du

papier. Elles sont suivies plus tard des centrales del Castillo et de Maitena (1923), et un tramway alimenté électriquement grâce à cette dernière relie Grenade à l’extrémité de la vallée dès 1925. Son existence est avant tout liée à un ambitieux projet touristique consistant à conduire les visiteurs jusqu’à une auberge-relais, point de départ de courses à cheval dans la haute montagne et point de jonction avec un téléphérique (jamais construit) qui devait conduire les touristes à un hôtel (électrifié) – l’Hôtel del Duque – situé à 1 500 m. d’altitude sur le chemin du Pico del Veleta (3 396 m.). L’ensemble du dispositif relève de l’initiative privée. Il est pensé et financé par le Duc de San Pedro de Galatino, dont le but était de relier deux hôtels lui appartenant : l’Alhambra Palace à Grenade (construit en 1910) et celui du Genil.

A travers ce projet commence ainsi à se dessiner, entre Grenade et Veleta, et autour de l’exploitation coordonnée de deux grands foyers de l’attractivité touristique (un grand monument historique et une « wilderness ») un territoire métropolitain englobant une partie de la Sierra. L’énergie électrique, ici, avant même que l’on soit capable de la transporter sans déperdition sur de longues distances, contribue à ce qu’un lien plus serré se noue entre montagne et plaine.

Le tramway demeure en fonction jusqu’en 1974, époque où émerge le projet du barrage de Canales qui prend place dans le plan d’aménagement du bassin-versant du Guadalquivir. Le barrage entre en fonction en 1989, noyant une partie de la vallée. Le lac, dont les eaux reflètent les sommets enneigés du massif, devient alors l’une des attractions touristiques majeures du Genil. La promenade plantée très « urbaine » aménagée au sommet du barrage montre que l’on assume pleinement cette fonction de l’infrastructure.

Photo 1 (S. Briffaud, janvier 2013) – Lac de barrage de Canales (Vallée du Genil)

Lac de barrage de Canales (Vallée du Genil)

 

 

 

 

 

 

Photo 2 (S. Briffaud, janvier 2013) – Promenade aménagée sur le barrage de Canales (Vallée du Genil)

Promenade aménagée sur le barrage de Canales (Vallée du Genil)

 

 

 

 

 

Les années 1974-1989 apparaissent ainsi dans le Genil comme le moment où s’effectue le passage d’une forme à une autre du rapport entre complexe énergétique et complexe territorial. Elle correspondent à l’époque où, sur fond d’ouverture de l’Espagne au monde et d’essor du tourisme de masse en Andalousie, les ressources hydrauliques de la Sierra sont mobilisées pour faire face à des besoins nouveaux, tandis que les vallées se dépeuplent et s’enfrichent. Ce moment est aussi celui d’une patrimonialisation de la haute montagne (la Sierra devient Réserve de Biosphère en 1986 et le Parc national de la Sierra Nevada est créé en 1989, l’année même de la mise en fonction du barrage de Canales) et de basculement vers une économie essentiellement fondée sur une ressource touristique désormais exploitée selon de nouvelles modalités (création de la station de ski de Pradollano en 1964).

Depuis le barrage de Canales en regardant vers l’ouest  (croquis D. Henry)

Le Canales_Sierra Nevada_jpg

 

 

 

 

 

Entre Grenade et les Alpujarras, la vallée du Lecrin apparaît comme un véritable « paysage énergétique ». Le lac de barrage de Béznar, mis en eau en 1935 pour l’irrigation du littoral et l’alimentation d’une importante centrale hydroélectrique est aujourd’hui entourée de plusieurs grands champs d’éoliennes.

Photo 3 (S. Briffaud, janvier 2013) – Vallée de Lecrin et lac de Béznar, au pied des Alpujarras

Vallée de Lecrin - Panorama

 

 

 

 

 

Sur la façade sèche du versant sud de la Sierra Nevada, abritée des vents humides de l’ouest qui pénètrent sans obstacle dans la vallée du Genil, la ressource hydrique est rare et l’hydroélectricité n’a de fait, pas, historiquement, la même importance. On ne peut ainsi être que davantage frappé par les investissement récents en ce domaine. Ainsi à Nigüelas, où une centrale bénéficiant d’une hauteur de chute de plus 600 m. s’est installée au cours des années 1990 dans la gorge qui s’ouvre au sud-est du bourg.

Photo 4 (S. Briffaud, janvier 2013) – Alpujarras – Rio Poqueira – Aménagement hydroélectrique en fond de vallée et reboisement des hauts versants.

ApuJarras - Rio Poqueira - Aménagement hydroélectrique en fond de vallée et reboisement des hauts versants

Dans la vallée du Rio Poqueira, où nous nous sommes davantage attardés, un aménagement hydroélectrique marque aussi fortement le paysage. Le projet de construire trois centrales « au fil de l’eau » date ici des années 1940 mais sa mise en œuvre s’étale jusqu’au début des années 1980 (centrale de Pampaneira, 1956 ; de Poqueira, 1957 ; et del Duque, 1981). L’aménagement hydroélectrique de la vallée participe ici d’une mutation territoriale globale, dont il est sans doute à la fois l’un des moteurs et l’une des conséquences. Cette mutation n’est pas seulement celle d’une vallée. Il faut l’envisager à l’échelle au moins régionale (essor touristique et balnéarisation/urbanisation de la Costa del Sol, notamment). Dans cette montagne fortement marquée depuis l’époque d’Al-Andalous par la présence des cultures irriguées, la maîtrise paysanne de l’eau est à la fois au cœur du système d’exploitation des ressources et aux fondements de rapports sociaux qui s’ordonnent largement autour de l’accès à l’eau et des règles de vie collective qu’il suppose. On conçoit qu’en un tel contexte, le développement de l’hydroélectricité ne peut reposer que sur un coup de force (concevable dans le contexte de la dictature franquiste), ou sur une transformation du rapport social à la ressource (ou les deux à la fois). La déprise agraire, qui s’affirme ici à partir des années 1960, crée ainsi sans aucun doute des conditions favorables au projet hydroélectrique,  mais aussi au reboisement, voué à la stabilisation hydrogéologique du versant, au moment où les infrastructures énergétiques sont construites, en contrebas, dans la gorge.

Carte 3 : Rio Poqueira – Carte des infrastructures hydroélectriques (B. Davasse)

Carte hydroélectricité Alpujarras

 

 

 

 

 

Globalement, nous assistons ainsi, alors, à la pénétration dans la vallée d’une logique exogène d’aménagement. L’extraterritorialité de l’aménagement énergétique est bien traduit par l’aspect des quartiers construits pour héberger les ouvriers employés à la construction des infrastructures hydroélectriques : les toits en tuiles de leurs maisons contrastent de façon très frappante avec les toits plats en terre caractéristiques de l’habitat traditionnel des « villages blancs ». Ce tournant est inséparable du développement du tourisme — et l’on retrouve ici sous une autre forme une convergence entre processus de touristification et exploitation de la ressource énergétique, toutes deux participants d’une reconfiguration du rapport à la ressource, associée à la pénétration au cœur du massif d’une logique d’« équipement » et d’« aménagement ». De cette dernière témoigne notamment, pour ce qui concerne le tourisme, l’aménagement de la route fermée il y a peu par le Parc National, qui reliait les deux versants de la Sierra par le col de Veleta (3 367m.).

A la centrale de Pampaneira (Croquis D. Henry)

Pampaneira 3_jpg

 

 

 

 

 

 

Vallée du Rio Poqueira – Esquisse pour une histoire des paysages (R. Bercovitz)

Dessins Rémi Alpujarras_1

 

 

 

 

 


[1] . Sur l’histoire de l’hydroélectricité dans le Genil : REQUENA GALIPIENSO, Alfredo. 2012. Paisaje, energía hidroeléctrica y turismo en un ámbito de sierra nevada. Valles del Alto Genil y Maitena. Mémoire de Master, Université de Grenade.

La paysage, outil de médiation (Méthodologie Pyrénées (1) – Etudiants ENSAP)

Une démarche de médiation paysagère pour :

– comprendre la perception des paysages

– comprendre les différents points de vue des acteurs et habitants

– visualiser les changements et proposer des scenarii d’évolution

– débattre

– aboutir à la préparation d’un projet de développement local

rendu1_Page_07

 

 

 

 

A. Hoerd, A. travaud, J. Lehu, M. Fabre, M. Fauvel, F. Véron, C. Calas

SEMINAIRE DE COORDINATION DE GRENADE (28/01 au 1/02/2013) – PROGRAMME DE TRAVAIL DES SEANCES EN SALLE

LUNDI 28 JANVIER (après-midi)

État des lieux des investigations entreprises et programmées dans les quatre pays

1. Constitution et analyse du corpus documentaire (= rassemblement et analyses des données textuelles, iconographiques, cartographiques…)

• Sources archivistiques, imprimées et iconographiques repérées, consultées et à consulter (= données utiles à l’analyse historique)

• Rassemblement de la bibliographie et progrès dans l’analyse bibliographique

• Rassemblement des données cartographiques

Objectif –  dresser à l’issue du séminaire une liste des sources et références bibliographiques mobilisées dans chaque pays.

2. État des tableaux chronologiques

3. Observations sur le terrain et rencontre avec les acteurs locaux

• Travail sur le terrain

• Enquêtes auprès des acteurs locaux : acteurs mobilisés, méthodologie d’entretien et entretiens réalisés

4. Mise en œuvre des activités pédagogiques

Comparaison des premiers résultats

1. Histoire, périodisation et spatialisation de la construction et de l’évolution des infrastructures énergétiques.

MARDI 29 JANVIER (matin) :

Comparaison des premiers résultats (suite)

2. Relations dans la durée entre complexes énergétiques et complexes territoriaux : rapports entre histoire de l’exploitation de la ressource énergétique, tourisme, protection des espaces, politiques forestières et agricoles, usages de l’eau.

3. Connaissance et analyse des enjeux contemporains et des conflits associés aux questions énergétiques (session 1).

JEUDI31 JANVIER (matin)

 Bilan des sorties en Sierra Nevada (1h)

Comparaison des premiers résultats (fin)

3. Connaissance et analyse des enjeux contemporains et des conflits associés aux questions énergétiques (session 2).

4. Comment le rapport social à la ressource énergétique s’inscrit-il dans les paysages et dans les valeurs qui leur sont associées ? (Discussion générale).

Retour sur la problématique, la méthode et les résultats (1h de discussion).

— (Re)ciblage et recentrage de la recherche selon les terrains

— Sur la lecture des paysages

— Sur la notion de médiation paysagère

JEUDI31 JANVIER (après-midi)

Atelier cartographique et de représentation graphique

VENDREDI 1° FÉVRIER (matin)

Programmation

– Modalité de la rédaction du rapport intermédiaire

– Programmation de la sortie dans les Dolomites en mai.

– Programmation des activités et rencontres étudiants.

– Publications et autres formes de valorisation.

Summary

Summary

Landscape resources and ENERGY RESOURCES IN THE South European MOUNTAINS. History, comparison, experiment

Based on a comparative method at South European level (France, Italy, Spain, Switzerland) and an approach linking scientific research and project design, this research aims to show how and to which extend the landscape can be a relevant entry in the analysis and design of a « space of energy ». Today, the perception of the relations between landscape and energy issues is focused on the potential negative visual impact of infrastructures associated with the use of renewable energy. In this context, the landscape appears above all as an argument that hamper the development of these energies. This work aims to contribute to changing the relation between the landscape and energy issue, showing that the landscape as energy resource can become a driving force behind collaborative projects that respect society, territory and environment in all its dimensions. The question is thus to experiment methods that allows to use the landscape as a mediation tool, that is to say, as a referent that can be shared by the actors of energy policies and the people concerned, by making it accessible for them  and allowing them to integrate the complex socio-ecological realities of which the landscapes are the reflection.

To provide a basis for this landscape mediation approach, this research aims to build a “lecture énergétique” of the mountain landscapes in the four studied European massifs, that is to say, an update of the relationships between landscape patterns, their changes and their links towards energy resources over the last century. A major interest of the mountains, in this perspective, is that they constitute a space in which the question of values and cultural representations were already very early influenced by the energy issue. The energy issue determined already very early the configuration of the landscape itself, depending on the choices made in this field. The focus of our research will be on hydroelectricity, about which we hypothesize that, from the early twentieth century, it plays a fundamental role in Europe, both in the « mountain tourism development », in the emergency of a call for landscape quality, « landscape conflicts” and landscape policies.

The multiplicity of uses now associated to hydropower infrastructures; the many issues (economic, environmental and landscape, and heritage tourism, agriculture …) linked to the exploitation of hydro-energy resources, make that few aspects of the relation territory / environment are not affected by the hydropower issue. However, they have to be considered in a new context, particularly related to the implementation of the European Directive Framework on water and development plans for renewable energy; context likely to fuel conflicts, but also to renew the foundations of the understanding of the relationship between energy resource, space and territory. Environmental issues and that of sustainable development, which is now required as a preferred viewing angle on the energy issue, embody a call for an overall approach and a reterritorialisation of hydropower issues. It is in this context that the proposed approach makes sense.

The project part of the landscape mediation approach is based on operations in progress in each massif, involving known conflicts around uses and perception (renegotiation of dam concessions and hydropower and ecological river development …). This aspect of the research is the support of an action learning project in which students of the participating schools and universities are involved, allowing an exchange of knowledge and expertise of landscape architects, architects and geographers. At European level it contributes thus to introduce these practices of landscape mediation into the training of landscape designers and geographers – that is to say, to construct, by inviting students to participate , landscape approaches based on a controlled and thoughtful articulation of the position of the researcher and the point of view of the designer / developer.

 

Méthodologie de recherche

Il s’agit de présenter rapidement les modalités d’appréhension et de traitement de notre objet, le complexe énergie et paysage. Quatre mot-clé sous tendent la  méthodologie désormais en partie éprouvée du projet : co-construction, comparaison, périodisation et spatialisation.

Une démarche de co-construction

Le projet s’appuie sur une équipe pluridisciplinaire comportant des historiens, des géographes, des architectes et des paysagistes ; l’objectif a été de partager et de co-produire des outils et des méthodes d’analyse commune. Cette démarche de co-construction est fondamentale et structurante dans ce projet, de par aussi l’aspect « médiation paysagère » s’appuyant sur une implication  des habitants, des élus, etc.

Un objectif essentiel : organiser la récolte et la production de données sur chacun des terrains afin de d’obtenir un corpus constituant un socle commun, qui permette ensuite de poser la comparaison France/Espagne/Suisse/Italie d’une part mais aussi à des échelons plus fins (massif, vallée).

Des séminaires de coordination régulièrement programmés constituent des jalons fondamentaux pour une l’avancée cohérente du projet. C’est lors du premier séminaire de travail  collectif (séminaire de lancement du projet) qu’ont été posés et débattus les fondements et les modalités de la méthode de recherche. Plus généralement, ces séminaires sont des moments clés où sont proposés, discutés méthodes et résultats, où sont validés si nécessaire les ajustements voire les réorientations problématiques et méthodologiques propres à toute démarche de recherche.

Organiser la comparaison entre des terrains, des échelons ou niveaux d’analyse  (et non un comparatisme strict)

Il s’agit ici de comparer certes, mais sans chercher à nier ou masquer des différences qui relèvent de spécificités liées notamment aux terrains. Certains éléments, s’ils sont en l’état où à un moment donné, in-comparables, constituent cependant des « expériences », des éclairages potentiellement pertinents, mobilisables pour produire une réflexion globale sur la lecture énergétique du paysage et ses enjeux, et enrichir ainsi les analyses sur les processus de médiation paysagère. De plus, les données de terrain, dans leur diversité, sont aussi celles qui permettent de rediscuter des notions ou des méthodes et qui nous ont permis de recentrer le cœur de notre recherche.

La comparaison qui est proposée dans le projet est construite à plusieurs niveaux :

–  Une comparaison, tout d’abord entre les types de contextes scientifiques, sociaux et politiques (en terme d’action ou politique publique) dans lesquels se sont inscrits et développés les aménagements énergétiques de la montagne. Avec une approche scalaire visant à réarticuler échelon national et local.

–  Une comparaison ensuite, quant à la localisation des éléments structurants du complexe énergie/territoire s’intéressant notamment à l’opposition classique en montagne « haut /bas », mais aussi à la dimension visible/invisible.

–  Une comparaison enfin ciblée sur des types d’objets ou de lieux structurants le complexe énergie/territoire : le barrage, le système lac, la micro-centrale notamment.

Cette démarche de  comparaison est également produite indirectement par le choix que nous avons fait de croiser nos terrains, de les partager au moins une fois. Ainsi chaque membre de l’équipe est amené à conduire des entretiens en dehors de son terrain principal, ce qui  contribue à dé-spécifier le plus possible le regard que chacun peut porter sur son terrain de recherche.

Le 1er terrain partagé a été celui des Pyrénées centrales en mai 2012, le second sera celui de la Sierra Nevada en janvier 2013.

Périodisation

Le choix a été fait, à l’issue du 1er séminaire, d’inscrire la recherche dans un temps relativement long (XXème et XXIème siècle), temps long qui nous est apparu incontournable pour appréhender l’inscription spatiale, territoriale et paysagère des complexes énergétiques.

Une première périodisation résulte d’une mise en parallèle des politiques énergétiques, des politiques touristiques et des politiques de nature et du paysage. Elle permet d’une part de replacer et relire également les grands paradigmes scientifiques qui ont construit l’action publique par le prisme du couple énergie et paysage. Elle permet d’autre part d’identifier des acteurs-clé.

Un second type de périodisation s’attacher à retracer la production de lieux : des lieux, qui peuvent simplement correspondre à une infrastructure (un barrage) dont nous considérons qu’ils représentent des espaces-test des effets de cette combinaison entre politiques énergétiques, de nature et touristique.

Des modalités d’élaboration de fiches ont été arrêtées par l’équipe scientifique, des fiches qui doivent permettre un recueil et un archivage de l’information standards, commun à tous les terrains.

Spatialisation

Il s’agit sur chacun des terrains :

–  d’une part d’établir la spatialité actuelle du complexe énergie/paysage, afin de faire émerger un ou des territoires de l’énergie ;

–  d’autre part de reconstruire les étapes et les processus de spatialisation du complexe énergie/paysage en s’appuyant sur la périodisation => de viser à réarticuler espace/temps, à mettre en résonance période, formes spatiales et territoriales.

Pour se faire, les données récoltées seront, autant que possibles, intégrées dans un SIG et des cartes de bases (de travail, prospective, au sens d’outil d’investigation) sont produites et croisées. La carte constitue dans ce projet tout autant un outil exploratoire, qu’un simple outil de restitution de l’information (avec la production d’un corpus de cartes commun à tous les terrains)

Il s’agit aussi de dégager

–  des logiques de localisation pour les types de dispositifs ou d’objets précédemment évoqués (barrage, système lac, station touristique…)

–  et des types de dispositifs spatiaux : juxtaposés ou superposés ; connectés, déconnectés ou reconnectés par des réseaux ou des flux de nature différente (eau, énergie, touriste, travailleurs) en s’appuyant sur le travail de périodisation

Enfin, nous confronterons les différents types de territoires (territoires de gestion/protection de la nature, territoire touristique, territoire de l’énergie) afin d’identifier potentiellement des espaces ou des lieux de convergence d’enjeux, qui peuvent être des espaces « en creux », de « non projet » par exemple.

Pour conclure…

Le paysage, est également considéré en tant qu’outil dans le cadre d’une démarche de médiation paysagère, qui fait l’objet d’un point méthodologique spécifique (cf. billets spécifiques). Une démarche qui fait partie du volet pédagogique également développé dans ce projet.

Le calendrier prévisionnel des travaux menés par les étudiants de l’ENSAP

Mardi 2 octobre 2012 – Réunion de démarrage

– Prise de connaissance du projet de recherche et de la documentation existante

Du 6 au 13 octobre 2012 – Travaux de terrain et d’enquêtes réunissant l’ensemble des enseignants et des étudiants
Du 15 au 26 octobre2012 – Recherches documentaires

– Bilan critique d’expériences de médiation

– Réflexions sur les méthodes et les outils

– Premières synthèses

Vendredi 9 novembre 2012 – Premier bilan intermédiaire des travaux de terrain et des recherches documentaires

– Présentation des méthodes et des outils envisagés

Du 12 novembre au 21 décembre 2012 – Approfondissement et élargissement des travaux de terrain et d’enquêtes et des recherches documentaires

– Réalisation de synthèses provisoires

4 décembre 2012 – Second bilan intermédiaire

– Présentation des résultats provisoires et des modalités de restitution du travail auprès des acteurs et des populations concernées

– Début de la rédaction du rapport final

Du 7 au 25 janvier 2013 – Restitution aux acteurs et aux populations
30 janvier 2013 – Remise du rapport final

Séminaire de Luz

Le 1er séminaire de travail regroupant les différentes équipes du projet, s’est déroulé du 5 au 11 mai 2012, dans les Pyrénées à Luz.

Les power point et le compte rendu seront bientôt en disponibles sur le blog…

Pour patienter, notre chef de projet en attente de la « bonne » lumière !

(Photos : V. André-Lamat)

PAYSAGE – ENERGIE – MONTAGNE

Le carnet vise à rendre compte de l’avancée des travaux de l’équipe internationale et interdisciplinaire engagée dans la recherche « Ressources paysagères et ressources énergétiques dans les montagnes sud-européennes. Histoire, comparaison, expérimentation ». Ce travail s’inscrit dans le programme national de recherche « Ignis mutat res : Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie » (Ministère de la culture et de la communication, Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie »)
Sur la base d’une méthode comparatiste à l’échelle sud-européenne (France, Italie, Espagne, Suisse) et d’une démarche s’ordonnant autour d’une dialectique recherche scientifique/expérimentation projectuelle, cette recherche vise à montrer comment et dans quelle mesure le paysage peut constituer une entrée pertinente dans l’analyse et la conception d’un « espace énergétique ». La perception des relations entre question paysagère et question énergétique est aujourd’hui polarisée sur la question de l’impact visuel potentiellement négatif des infrastructures associées à l’exploitation des énergies renouvelables. Dans ce contexte, le paysage apparaît avant tout comme un argument faisant obstacle au développement de ces énergies. Ce travail a pour but de contribuer à faire évoluer ce rapport entre question paysagère et question énergétique, en montrant que le paysage est un objet sur lequel on peut s’appuyer pour faire en sorte que les choix en matière énergétique deviennent l’un des aspects et l’un des moteurs de projets concertés prenant en charge dans sa globalité le rapport société/territoire/environnement. Il s’agit, ainsi, d’expérimenter des méthodes permettant de construire et d’utiliser le paysage comme un outil de médiation, c’est-à-dire comme un référent partageable par les acteurs des politiques énergétiques et les populations concernées, leur rendant accessible et leur permettant d’intégrer la complexité des réalités socio-écologiques dont les paysages portent le reflet.
Pour servir de fondement à cette démarche de médiation paysagère, cette recherche visera à construire une lecture énergétique des paysages montagnards dans les quatre massifs européens étudiés (Sierra Nevada, Pyrénées centrales, Dolomites, Alpes valaisannes), c’est-à-dire à mettre à jour, à l’échelle du dernier siècle, les relations entre la configuration des paysages, leur mutation et le rapport à la ressource énergétique. L’un des principaux intérêt de la montagne, dans cette perspective, réside dans le fait qu’elle constitue un espace dans lequel la question des valeurs et des représentations culturelles s’est très tôt immiscée dans la question énergétique et a très tôt conditionné la configuration même des paysages dépendant des choix faits en ce domaine. L’accent sera mis sur le cas de l’hydroélectricité, dont on fait l’hypothèse qu’elle joue un rôle fondamental en Europe, à partir du début du XX° siècle, à la fois dans la « mise en tourisme » de la montagne et dans l’émergence d’une revendication de qualité paysagère, de « conflits paysagers » et de politiques du paysage.
La multiplicité des usages aujourd’hui associés aux infrastructures hydroélectriques ; les nombreux enjeux (économiques, environnementaux et paysagers, touristiques et patrimoniaux, agricoles…) attachés à l’exploitation de la ressource hydro-énergétique, font qu’il est, en montagne, peu d’aspects du rapport société/territoire/environnement qui ne soient concernés par la question hydroélectrique. Or, celle-ci se pose dans un contexte nouveau, en particulier lié à la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’eau et des plans de développement des énergies renouvelables ; contexte de nature à attiser les conflits, mais aussi à renouveler les fondements même de l’appréhension du rapport entre ressource énergétique, espace et territoire. La question environnementale et celle du développement durable, qui s’imposent aujourd’hui comme un angle de vue privilégié sur la question énergétique, portent en elle un appel à appréhender dans toutes ses dimensions et à re-territorialiser la problématique de l’hydroélectricité. C’est dans ce contexte que la démarche proposée prend tout son sens.
Le volet projectuel de la démarche de médiation paysagère prend appui dans chaque massif sur une opération en cours mettant en jeu des conflits avérés d’usage et de perception (renégociation de concessions de barrage, aménagement à visée hydroélectrique et écologique de cours d’eau…). Cet aspect de la recherche est le support d’une action pédagogique réunissant autour des projets concernés des étudiants des écoles et universités impliquées dans ce travail et permettant le croisement des savoirs et savoir-faire des paysagistes, architectes et géographes. Il s’agit de contribuer ainsi à l’échelle européenne à faire entrer ces pratiques de la médiation paysagère dans la formation des concepteurs et des géographes — c’est-à-dire de construire, en invitant les étudiants eux-mêmes à y participer, des démarches paysagères fondées sur une articulation réfléchie et maîtrisée de la posture du chercheur et de la posture du projeteur/aménageur