Le système GTP (Géosystème – Territoire – Paysage) et les « paysages de l’énergie » du bassin versant du Piave (Dolomites, Italie)

Ce texte a le statut de « Note de travail », suite à une présentation sommaire le 24/05/2013 Centre culturel ladin de Dosoledo ( Haut Cordevole, Alpes des Dolomites)

 Comment rendre compte des « paysages de l’énergie », en fait de la place et du rôle des installations hydroélectriques, dans les paysages grandioses du bassin versant du Piave entre les Préalpes de Belluno et le haut-pays dolomitique de Cortina d’Ampezzo et du Cordevole ?

La question est posée dans le cadre d’un appel d’offres du programme de recherche européen sur les « paysages de l’énergie », lancé par le Ministère de l’Environnement français, auquel a répondu un groupe de chercheurs européens (espagnols, français, italiens et suisses) animé par Serge Briffaud , historien du paysage, professeur à l’Ecole d’Architecture et du Paysage de Bordeaux et piloté sur le terrain par Viviana Ferrario, architecte, professeur à l’Université de Padoue (qui a rédigé un dossier technique précis sur l’ensemble de l’équipement hydroélectrique (barrages, centrales etc.)) du Piave auquel nous renvoyons.

I . Le GTP comme « épistémologie de terrain »

Les « paysages de l’énergie » ont déjà été définis par consensus au sein du groupe de recherche à l’occasion de travaux réalisés dans les Pyrénées françaises et la Sierra Nevada d’Espagne. Il reste à rassembler et à harmoniser des démarches et des connaissances issues d’horizons techniques et scientifiques variés, chacun d’entre-nous possédant sa propre finalité, ses échelles de référence et son langage plus ou moins spécialisé. En somme, dégager une voie commune qui combine et canalise des points de vue spécifiques et partiels sans pour autant les confondre ou les mutiler. Un exercice préalable qui relève de l’épistémologie plus que de la méthode scientifique au sens strict. Le terrain du Piave appréhendé en commun nous y invite et nous conforte par sa complexité, d’autant qu’il s’agit, banalement, de rendre compte au mieux de l’évidente cohésion naturelle de ces paysages alpins à partir d’une meilleure cohérence des analyses scientifiques.

Les paysages des Alpes dolomitiques s’imposent comme un tout géographique et les « paysages de l’énergie » (lacs, barrages, centrales, conduites forcées et équipements annexes) en sont un des constituants les plus répandus et les plus représentatifs…mais toujours à l’ombre des puissants massifs calcaires et parmi les profondes pessières qui drapent les versants.

– Prenons l’exemple du bassin intramontagnard de Santa Caterina (cf. croquis) : grands versants boisés dominés par la haute muraille du Lavaredo, ample lac avec barrage, village urbanisé et animé pourvu de nombreux équipements touristiques, omniprésence d’une activité pastorale. Comment aller au-delà de cette énumération imprécise et incomplète et comment définir un ensemble de complexité et de diversité à la fois naturel et humain ? Paysage, environnement, milieu, espace, lieu , territoire, écosystème, géosystème ? Ou bien ces mots sont utilisés au hasard et leur sens demeure ambigu ou bien ils ont une signification précise qui les rattache à des systèmes explicatifs spécifiques et partiels. Dans la pratique, ces mots-valises glissent les uns par rapport aux autres, se recoupent ou se recouvrent, parfois même se contredisent. Aucun n’est inutile mais isolé aucun ne peut satisfaire. Ils expriment autant de facettes d’une même réalité et fonctionnent souvent comme dans un kaléidoscope. Le bassin de Santa Caterina est, avant toute analyse, un objet en soi, dans sa globalité vécue, un « terrain unique » inscrit dans la diversité des Alpes dolomitiques. Il doit être traité d’abord en tant que tel à l’aide d’une méthode adaptée à cet ensemble géographique.

– Le problème n’est pas nouveau. L’outil, à la fois épistémologique et méthodologique existe, banal et éprouvé. Il s’agit de l’analyse de système fondée sur la théorie du système général. Elle vient combler les déficits de pratiques cartésiennes et positivistes trop analytiques et trop dispersées. Depuis plus d’un demi-siècle la méthode est largement utilisées dans toutes les disciplines : linguistique, mathématique, cybernétique, écologie, économie, géographie… L’écologie moderne fondée sur le concept d’écosystème en est la meilleure illustration, la plus proche de nos préoccupations… du mois en ce qui concerne la partie biologique de notre propos. De cette méthode fondée sur l’auto-organisation et l’interactivité nous retiendrons surtout son principe téléologique (J.C. Lemoigne), c’est-à-dire sa construction finalisée autour d’un projet. Notre projet étant de définir parmi la diversité du paysage du bassin versant du Piave des « paysages de l’énergie », c’est-à-dire des ensembles territoriaux organisés par et autour de la production hydroélectrique.

Le système GTP, qui associe trois concepts différents mais proches (le géosystème, le territoire, le paysage) n’est rien d’autre qu’une théorie systémique générale d’ordre autant épistémologique que méthodologique. Son projet central est de rendre compte au plus près des connaissances sectorielles, de la structure et du fonctionnement globaux de la « nature » dans son rapport d’artificialisation avec les sociétés. Dans une perspective que l’on pourrait qualifier à la fois de géographique et d’environnementale si ces deux termes n’étaient pas aujourd’hui  un peu trop galvaudés.

Cette intégration va de pair avec un  métissage conceptuel dans la mesure où les objets ou phénomènes considérés sont presque toujours le produit d’une combinatoire nature-culture. C’est ainsi que la moindre parcelle d’Epicea de Santa Caterina se définit à la fois comme une biomasse liée à l’énergie photosynthétique et à l’assimilation chlorophyllienne ainsi qu’à des pratiques sylvicoles multiséculaires. De la même façon que le régime des torrents est depuis le XIXe siècle corrigé par les barrages et les lacs de retenue. Le métissage entre les faits physiques et les faits sociaux constitue un « obstacle méthodologique » (G.Bachelard) majeur de la méthode. La pratique montre qu’il n’est pas insurmontable : regarder un paysage dans sa combinatoire est déjà une première étape. Les principes qui sous-tendent le  GTP soulignent à la fois son ambition conceptuelle et délimitent son  champ d’intervention : globalisation et métissage, complexité et diversité, unicité et universalité objet-sujet. Soit des couples ambivalents sinon antinomiques que l’on pourrait qualifier d’oxymores.

–          Cette dialectique de la complexité et de la diversité doit nous aider à éclairer la complication banalement perçue des paysages de Santa Caterina. Les troncs d’Epicea et les lampadaires de la promenade au bord du lac participent de cette complexité car ils coexistent dans le même paysage. Cette combinatoire doit être appréhendée à partir de la diversité des éléments constitutifs. Par exemple, la biodiversité n’est pas le seul défi scientifique à relever. La diversité s’exprime autant dans le plan social, par exemple dans les activités agro-sylvo-pastorales et dans les nombreuses spécificités touristiques que dans les processus physiques « abiotiques » , par exemple dans la dynamique très contrastée des versants soit sous couvert forestier plus ou moins stable, soit zébré par des couloirs d’avalanche et des cônes de déjection en pleine activité. Ces multiples diversités interfèrent avec la biodiversité. La complexité paysagère est de l’ordre de la diversité.

–          L’unicité est une autre caractéristique du paysage. Avec son lac-barrage, son urbanisation linéaire, ses versants forestiers et les cimes emblématiques du Lavaredo en fond de décor, le bassin de Santa Caterina est un ensemble unique. Seule une monographie peut en rendre compte. Le GTP permet effectivement de construire une monographie plus évoluée, de nature systémique, c’est-à-dire hiérarchisée et surtout sous-tendue par un projet. C’est la condition nécessaire pour passer de la monographie au modèle spatial, qui seul permet la comparaison et la généralisation indispensables pour appréhender les « paysages de l’énergie » de l’ensemble des montagnes méditerranéennes.

II .  Le GTP comme méthode

 Le système GTP a été conçu pour tenter de trouver une réponse à la complexité-diversité de l’espace géographique appréhendé dans sa globalité. Il ne se substitue à aucune autre méthode et s’accorde au contraire parfaitement avec les études sectorielles dont la contribution à la connaissance reste, de toute évidence, indispensable. Comme toujours l’opposition entre démarche analytique et démarche globale est un faux procès. La seule ambition du GTP est de se hausser à la hauteur d’un objet que les recherches spécialisées ont compartimenté. Avec ces dernières il n’y a aucune antinomie mais une irrépressible continuité, avant, après et pendant le GTP.

Le GTP se traite en trois grands sous-ensembles (on pourrait en imaginer d’autres) qui ont pour caractéristiques d’être des produits métissés, mixtes, hybridés entre nature et culture. Chacun ayant sa spécificité avec sa propre finalité et les deux étant, de toute évidence, en constante interaction.

1 – Le géosystème comme source – L’image à retenir est celle de la source qui jaillit du versant, comme la résurgence dite miraculeuse qui sourd au pied du bourg d’Auronzo. C’est un phénomène naturel mais plus ou moins modifié, voire pollué, par les activités humaines de l’amont. C’est donc un sous-ensemble de nature bio-physico-chimique plus ou moins anthropisé, c’est-à-dire artificialisé. Dans beaucoup de cas on peut le qualifier de nature-artefact (pessière ou pelouse pastorale). Sur le terrain, le géosystème peut se découper à partir d’une échelle pluriscalaire de référence (cf. croquis) du géotope  (source de référence) au géofaciès (terroir agricole de basse soulane en voie d’abandon) et au géocomplexe (moyenne ombrée forestière). A la différence de l’écosystème il embrasse la totalité de l’espace, y compris l’anthropisation et les phénomènes abiotiques (géomorphogenèse, impact pastoral).

2 – Le territoire comme ressource – Le bassin de Santa Caterina est à la fois un lieu, un espace d’activité et un moyen de production. Il constitue l’archétype du « paysage énergétique » fondé sur un grand équipement hydroélectrique qui stocke et turbine les eaux. Son emprise économique est essentielle et l’expansion du bourg d’Auronzo en est la principale conséquence sociale. Cependant ce n’est pas la seule ressource. Il s’y ajoute non seulement l’activité touristique et la transformation du bois (scierie) mais aussi toute l’énergie naturelle lumineuse et thermique ainsi que l’énergie gravitaire des eaux que l’hydroélectricité a su capter.. mais en partie seulement.

3 – Le paysage comme ressourcement et représentation socio-culturelle. C’est à partir du panorama du barrage que le bassin de Santa Caterina prend toute sa grandeur et sa poésie de « paysage dolomitique ». Du côté amont, on ne se lasse pas d’admirer le calme romantique d’un lac enfoui dans de sombres forêts, un rivage bordé d’une blanche agglomération, le tout dominé voire un peu écrasé par le puissant massif dolomitique du Lavaredo dont les cimes enneigées inversées se reflètent dans le miroir du lac. Du côté aval c’est, au contraire, un « paysage industriel » de béton et de poutrelles dans le fracas bouillonnant du déversoir. A la fois représentation et ressourcement ce paysage contrasté porte en lui l’identité, le patrimonial et la symbolique des lieux vécus. Un paysage de l’énergie animé par la dynamique des eaux à la fois domestiquées et sauvages.

4 – Les états du GTP dans la discordance des temps.

Le GTP est solidement enraciné dans l’espace matériel et immatériel. Son inscription dans le temps est un peu plus complexe. Le Géosystème biophysique, le Territoire socio-économique et le Paysage socio-culturel s’inscrivent dans des temporalités très différentes à la fois décalées et chevauchantes. Décrire un état moyen du GTP revient à le neutraliser. C’est dans la succession des « états » que se définit un GTP, son tempo en quelque sorte. Sur le terrain, les temporalités qui se succèdent, à la fois les « temps ronds » des saisons (la phénologie) si importants en montagne et les temps plus longs de l’histoire de la nature et de l’histoire des sociétés successives. Voir le barrage catastrophique du Vajont dans la pluie et le brouillard quasi hivernaux et le bassin montagnard de Misourina nappé de neige sous un soleil éclatant avec ses premières animations touristiques est insuffisant pour appréhender ces paysages de l’énergie dans tous leurs états. Le GTP permet de caler le système de représentation en assurant aux « paysages de l’énergie » leurs bases historiques, à la croisée de la nature et de la culture. De ce point de vue le GTP, essentiellement défini comme une épistémologie et une méthode constitue aussi, au cours du temps , une didactique globale pour l’action , tout particulièrement pour l’aménagement du territoire, ici pour l’équipement hydroélectrique des Alpes dolomitiques au travers de leurs « paysages de l’énergie ».

Claude et Georges Bertrand, Toulouse, 20 juin 2013

 

 

DOLOMITES : la mise en paysage des équipements hydroélectriques dans le bassin versant du Piave (esquisse très provisoire)

Esquisse très provisoire : seulement 3 jours de terrain dont une bonne partie dans la neige, la pluie et le brouillard…

 I –Une nature hautement énergétique

 1- Façade montagneuse élevée et profonde, très compartimentée, organisée autour de puissants massifs dolomitiques et karstiques et exposée à des précipitations abondantes (pluie et neige).

2- Un système gravitaire exacerbé par des systèmes de pentes très raides, dominé par l’abondance et la puissance énergétique des eaux :

Un système de pente largement modelé par les glaciations quaternaires (ruptures de pentes et contre-pentes, ombilics et verrous, épaulements et vallées suspendues). Epais dépôts morainiques des bassins (terrasses de kame).

– Violente torrentialité active en partie contrebalancée par d’importantes capacités de stockage et déstockage (neige + karst + dépôts morainiques et cônes de déjection plus ou moins fixés).

– Ecoulement modéré par une végétation forestière dense et étendue à toute la moyenne montagne (Pessière et Mélézin) mais qui protège assez mal du ruissellement même sous forêt.

3- Une nature montagneuse très dynamique aux versants fragiles et instables sujette à des phénomènes paroxysmiques naturels (glissements de terrain, crues, etc.) qui développe une grande puissance énergétique naturelle (géomorphogenèse, photosynthèse..).

II- Des paysages « naturels » largement artificialisés, quadrillés par un réseau hydroélectrique omniprésent et diversifié qui efface ou se superpose à un paysage agro-sylvo-pastoral toujours actif et modernisé

 1- Permanence d’une ancienne occupation agro-sylvo-pastorale fondée sur des sources énergétiques traditionnelles, naturelles ou aménagées (ensoleillement des soulanes, bois, herbe, petite irrigation des versants). Le bois, énergie et matière première, y joue un rôle essentiel (construction des villages, scieries, flottage). Actuellement, captation de l’énergie solaire. Élevage modernisé.

2- Une longue histoire dominée par la colonisation de Venise sur toute l’économie et la société montagnardes et, tout particulièrement sur la ressource forestière qui explique en grande partie l’extension et l’aménagement forestiers de la Pessière ainsi que du Mélézin.

3- La captation, au profit de la plaine, de l’énergie hydraulique et la grande épopée technicienne et technocratique des équipements hydroélectriques en cascade qui quadrillent la montagne (cf. dossier technique de Viviana Ferrario).

L’époque et les réalisations du « front pionnier hydroélectrique » et les premiers « paysages de l’énergie » (XIXe-début XXe).

Grandeurs et catastrophes de la période fasciste (dont la catastrophe de Vajont est une conséquence lointaine).

4- Une expansion touristique ancienne et continue qui modifie à la fois les paysages matériels (urbanisation, stations de ski, réseau routier..) et les représentations paysagères (lacs et barrages intégrés à l’espace touristique, etc.).

III –Typologie en réseau des « paysages de l’énergie » ou « électro-paysages » du bassin versant de la Piave

 1- Réseau hydroélectrique et quadrillage paysager

        a – Pôles paysagers « énergétiques »

              – grands lacs-barrages des hautes vallées

– lacs-barrages de la haute-montagne supra-forestière

– centrales hydroélectriques

b – Linéaires (linéaments) paysagers

              – conduites forcées

– lignes électriques (THT)

c – Paysages souterrains

              – centrales

– galeries et tunnels

d – Paysages d’accompagnement

               – routes et tunnels

2- Etagement des «  paysages de l’énergie » dans le bassin versant de la Piave (cf. coupe)

A compléter

        a – Fédala – Lac de retenue de cirque glaciaire supra-forestier de la haute montagne dolomitique entre parois rocheuses, éboulis et éléments de pelouse alpine

b – Misurina – Large paysage d’ombilic glaciaire centré sur lac de barrage implanté dans zone pastorale à la limite supérieure du Mélézin, entouré de hautes murailles dolomitiques. Site de station de ski avec de nombreux hôtels

c – Hauts massifs dolomitiques et karstiques « fond de décor » des autres paysages et grands réservoirs hydriques

        d – Santa Caterina (cf. fiche spéciale dans la fiche GTP)

Archétype du « paysage alpin dolomitique » centré sur un vaste lac de barrage dominé par les crêtes du Lavaredo et enchâssé dans la Pessière. Dissymétrie ombrée (Pessière) et soulane (villages et ancienne zone de cultures sur terrasse de kame et cônes torrentiels fixes). Centre touristique polyvalent

        e – Vajont – Paysage catastrophe dans gorge aux versants instables

f – Soverzene – Grand paysage industriel ( extérieur et souterrain) d’une centrale hydroélectrique fortement interconnectée

g – Santa Croce –Grand lac de barrage « périurbain » proche de Belluno. Activités nautiques. Au centre d’un grand bassin aux versants secs et déboisés

h – Préalpes

        i – Collines de piémont

 Conclusion

Les « paysages de l’énergie » n’existent pas en tant que tels mais comme « éléments paysagers » des paysages montagnards « globaux ».Leur place est plus ou moins importante. Ils en constituent souvent le pôle central et touristiquement attractif (Santa Caterina) mais jamais exclusif. Ils s’inscrivent dans la montagne dolomitique : ils ne l’effacent pas même s’ils en modifient le contenu et les représentations. Ils font partie de l’identité et du patrimoine de la montagne.. dont ils sont devenus l’une des principales ressources.

Claude et Georges Bertrand, Toulouse 17/06/2013

Bloc diagramme : Rémi Bercovitz

GTP Auronzo

Le rôle donné au terrrain

Cette recherche présente, nous le rappelons ici, un double défi, relatif d’une part à son caractère international — et, partant, interculturel — et d’autre part à la pratique de l’interdisciplinarité. Ces deux dimensions ne peuvent être séparées, dans la mesure où, en particulier, la répartition des laboratoires de recherche sur la carte de l’Europe correspond, tout au moins potentiellement, à des différences d’approches du paysage, et ce faisant de ses relations au « complexe énergétique » ; différences dans lesquelles transparaissaient à la fois des compétences disciplinaires spécifiques, des habitus d’équipes de recherche, des choix personnels d’orientation et des sensibilités culturelles pour partie inhérentes à la diversité des pays représentés. Le partage principal paraît se situer entre ceux qui, d’un côté, aborde le paysage dans sa dimension matérielle et comme objet de projet, et ceux qui, d’un autre côté, le regarde plutôt comme une catégorie de perception et d’action culturellement construite, support potentiel de constructions identitaires et de recompositions sociales et territoriales.

Sans chercher à gommer cette diversité d’approches, qui fait la richesse potentielle de cette expérience européenne de recherche, il est nécessaire de la rendre compatible avec un cadre de recherche partageable. Pour cela, les travaux collectifs sur le terrain se sont avérés un outil incontournable. Comme nous le pressentions, ils ont été un lieu privilégié de décloisonnement des disciplines et des approches. Ainsi, chaque participant à la recherche a été amené à donner son point de vue et à échanger sur la base d’observation faite in situ. Cela a permis à chacun d’évoluer vers la construction d’un objet commun, tout en conservant son identité et la spécificité de son approche.

Cette pratique collective de « lecture du paysage » constitue un aspect fondamental de ce que nous appelons la médiation paysagère. Elle permet d’échanger, entre chercheurs ou entre chercheurs et acteurs, autour d’un support tangible d’observation et de construire une interprétation commune de ce que nous proposons d’appeler les « situations paysagères » propres aux quatre terrains étudiés, mais aussi, et peut-être surtout, de faire apparaître les représentations implicites propres à chacun des participants à cette lecture, selon sa discipline ou sa culture propres. Si le paysage perceptible est l’un des objets de cette recherche, il est ainsi également appelé à être un des outils de construction de l’échange.

Grenade : compte-rendu des sorties de terrain

Par Serge Briffaud, à partir des informations communiquées sur place par Marina Frolova-Ignatieva, Yolanda Jiménez Olivencia, Miguel Ángel Sánchez del Árbol et Alfredo Requena Galipienso.

Les participants ont été accueillis au sein de l’Instituto de Desarrollo Regional de l’Université de Grenade. Le séminaire avait pour but principal de permettre aux chercheurs des quatre pays de prendre connaissance du terrain andalou et d’échanger sur les premiers résultats obtenus pour esquisser une comparaison à l’échelle internationale. Les sorties de terrain dans la Sierra Nevada organisées par l’équipe espagnole ont largement contribué elles-mêmes à stimuler et à nourrir les discussions sur la comparaison des cas d’étude. Elles ont aussi constitué un fondement pour un retour réflexif sur les modalités mêmes de la construction de la comparaison, les concepts et le cadre théorique partageables qui en constituent le fondement.

Carte 1 : Itinéraire dans la vallée du Genil.

Carte itinéraire Genil

Carte 2 : Itinéraire en vallée de Lecrin et dans les Alpujarras

Carte itinéraire Alpujarras

 

 

 

 

 

 

Conduites par Marina Frolova-Ignatieva, Yolanda Jiménez Olivencia, Miguel Ángel Sánchez del Árbol et Alfredo Requena Galipienso, ces sorties nous ont permis de visiter la vallée du Genil (carte 1, lundi 28/01) et de Lecrin, Nigüelas (mardi après-midi 29/01) et la vallée du rio Poqueira (mercredi 30/01, carte 2). Les observations faites in situ ont globalement confirmé la pertinence de la problématique centrale de notre recherche sur le terrain andalou et la comparabilité des résultats, tout en permettant de mieux saisir les particularités du cas de la Sierra Nevada.

Le premier constat est celui de l’importance relative des infrastructures énergétiques dans les paysages actuels. Eoliennes du Lecrin, lac de barrage du Genil et de Béznar (dont la fonction n’est toutefois que partiellement hydroélectrique), centrales et conduites forcées du rio Poqueira s’imposent dans le paysage, avec parfois une ostentation critiquée (éoliennes du piémont), ou au contraire des avantages esthétiques reconnus (lac du Genil et du Lecrin).

 

Genil et Alpujarras : la ressource hydroélectrique au carrefour des mutations territoriales et paysagères

Le Genil et les Alpujarras (versant sud de la Sierra Nevada) illustrent parfaitement les interrelations, dont l’analyse constitue le cœur même de notre recherche, entre exploitation de la ressource énergétique, développement touristique, politiques forestières et exploitation des ressources agro-pastorales. La vallée du Genil, qui s’ouvre à proximité immédiate de Grenade, est l’un des lieux de mémoire de la « conquête » touristique de la Sierra Nevada, qui débute ici à la fin du XVIIIème siècle. Lieu de villégiature pour les Grenadins, elle constitue l’une des vallées les plus fréquentées du massif. Ici l’exploitation de la ressource hydroélectrique apparaît très directement liée, historiquement, au développement touristique [1]. Une centrale (la plus ancienne du massif) est créée dès 1898 à Pinos de Genil, en contrebas du barrage actuel et une autre plus bas en 1907, qui alimente une usine de blanchissement du

papier. Elles sont suivies plus tard des centrales del Castillo et de Maitena (1923), et un tramway alimenté électriquement grâce à cette dernière relie Grenade à l’extrémité de la vallée dès 1925. Son existence est avant tout liée à un ambitieux projet touristique consistant à conduire les visiteurs jusqu’à une auberge-relais, point de départ de courses à cheval dans la haute montagne et point de jonction avec un téléphérique (jamais construit) qui devait conduire les touristes à un hôtel (électrifié) – l’Hôtel del Duque – situé à 1 500 m. d’altitude sur le chemin du Pico del Veleta (3 396 m.). L’ensemble du dispositif relève de l’initiative privée. Il est pensé et financé par le Duc de San Pedro de Galatino, dont le but était de relier deux hôtels lui appartenant : l’Alhambra Palace à Grenade (construit en 1910) et celui du Genil.

A travers ce projet commence ainsi à se dessiner, entre Grenade et Veleta, et autour de l’exploitation coordonnée de deux grands foyers de l’attractivité touristique (un grand monument historique et une « wilderness ») un territoire métropolitain englobant une partie de la Sierra. L’énergie électrique, ici, avant même que l’on soit capable de la transporter sans déperdition sur de longues distances, contribue à ce qu’un lien plus serré se noue entre montagne et plaine.

Le tramway demeure en fonction jusqu’en 1974, époque où émerge le projet du barrage de Canales qui prend place dans le plan d’aménagement du bassin-versant du Guadalquivir. Le barrage entre en fonction en 1989, noyant une partie de la vallée. Le lac, dont les eaux reflètent les sommets enneigés du massif, devient alors l’une des attractions touristiques majeures du Genil. La promenade plantée très « urbaine » aménagée au sommet du barrage montre que l’on assume pleinement cette fonction de l’infrastructure.

Photo 1 (S. Briffaud, janvier 2013) – Lac de barrage de Canales (Vallée du Genil)

Lac de barrage de Canales (Vallée du Genil)

 

 

 

 

 

 

Photo 2 (S. Briffaud, janvier 2013) – Promenade aménagée sur le barrage de Canales (Vallée du Genil)

Promenade aménagée sur le barrage de Canales (Vallée du Genil)

 

 

 

 

 

Les années 1974-1989 apparaissent ainsi dans le Genil comme le moment où s’effectue le passage d’une forme à une autre du rapport entre complexe énergétique et complexe territorial. Elle correspondent à l’époque où, sur fond d’ouverture de l’Espagne au monde et d’essor du tourisme de masse en Andalousie, les ressources hydrauliques de la Sierra sont mobilisées pour faire face à des besoins nouveaux, tandis que les vallées se dépeuplent et s’enfrichent. Ce moment est aussi celui d’une patrimonialisation de la haute montagne (la Sierra devient Réserve de Biosphère en 1986 et le Parc national de la Sierra Nevada est créé en 1989, l’année même de la mise en fonction du barrage de Canales) et de basculement vers une économie essentiellement fondée sur une ressource touristique désormais exploitée selon de nouvelles modalités (création de la station de ski de Pradollano en 1964).

Depuis le barrage de Canales en regardant vers l’ouest  (croquis D. Henry)

Le Canales_Sierra Nevada_jpg

 

 

 

 

 

Entre Grenade et les Alpujarras, la vallée du Lecrin apparaît comme un véritable « paysage énergétique ». Le lac de barrage de Béznar, mis en eau en 1935 pour l’irrigation du littoral et l’alimentation d’une importante centrale hydroélectrique est aujourd’hui entourée de plusieurs grands champs d’éoliennes.

Photo 3 (S. Briffaud, janvier 2013) – Vallée de Lecrin et lac de Béznar, au pied des Alpujarras

Vallée de Lecrin - Panorama

 

 

 

 

 

Sur la façade sèche du versant sud de la Sierra Nevada, abritée des vents humides de l’ouest qui pénètrent sans obstacle dans la vallée du Genil, la ressource hydrique est rare et l’hydroélectricité n’a de fait, pas, historiquement, la même importance. On ne peut ainsi être que davantage frappé par les investissement récents en ce domaine. Ainsi à Nigüelas, où une centrale bénéficiant d’une hauteur de chute de plus 600 m. s’est installée au cours des années 1990 dans la gorge qui s’ouvre au sud-est du bourg.

Photo 4 (S. Briffaud, janvier 2013) – Alpujarras – Rio Poqueira – Aménagement hydroélectrique en fond de vallée et reboisement des hauts versants.

ApuJarras - Rio Poqueira - Aménagement hydroélectrique en fond de vallée et reboisement des hauts versants

Dans la vallée du Rio Poqueira, où nous nous sommes davantage attardés, un aménagement hydroélectrique marque aussi fortement le paysage. Le projet de construire trois centrales « au fil de l’eau » date ici des années 1940 mais sa mise en œuvre s’étale jusqu’au début des années 1980 (centrale de Pampaneira, 1956 ; de Poqueira, 1957 ; et del Duque, 1981). L’aménagement hydroélectrique de la vallée participe ici d’une mutation territoriale globale, dont il est sans doute à la fois l’un des moteurs et l’une des conséquences. Cette mutation n’est pas seulement celle d’une vallée. Il faut l’envisager à l’échelle au moins régionale (essor touristique et balnéarisation/urbanisation de la Costa del Sol, notamment). Dans cette montagne fortement marquée depuis l’époque d’Al-Andalous par la présence des cultures irriguées, la maîtrise paysanne de l’eau est à la fois au cœur du système d’exploitation des ressources et aux fondements de rapports sociaux qui s’ordonnent largement autour de l’accès à l’eau et des règles de vie collective qu’il suppose. On conçoit qu’en un tel contexte, le développement de l’hydroélectricité ne peut reposer que sur un coup de force (concevable dans le contexte de la dictature franquiste), ou sur une transformation du rapport social à la ressource (ou les deux à la fois). La déprise agraire, qui s’affirme ici à partir des années 1960, crée ainsi sans aucun doute des conditions favorables au projet hydroélectrique,  mais aussi au reboisement, voué à la stabilisation hydrogéologique du versant, au moment où les infrastructures énergétiques sont construites, en contrebas, dans la gorge.

Carte 3 : Rio Poqueira – Carte des infrastructures hydroélectriques (B. Davasse)

Carte hydroélectricité Alpujarras

 

 

 

 

 

Globalement, nous assistons ainsi, alors, à la pénétration dans la vallée d’une logique exogène d’aménagement. L’extraterritorialité de l’aménagement énergétique est bien traduit par l’aspect des quartiers construits pour héberger les ouvriers employés à la construction des infrastructures hydroélectriques : les toits en tuiles de leurs maisons contrastent de façon très frappante avec les toits plats en terre caractéristiques de l’habitat traditionnel des « villages blancs ». Ce tournant est inséparable du développement du tourisme — et l’on retrouve ici sous une autre forme une convergence entre processus de touristification et exploitation de la ressource énergétique, toutes deux participants d’une reconfiguration du rapport à la ressource, associée à la pénétration au cœur du massif d’une logique d’« équipement » et d’« aménagement ». De cette dernière témoigne notamment, pour ce qui concerne le tourisme, l’aménagement de la route fermée il y a peu par le Parc National, qui reliait les deux versants de la Sierra par le col de Veleta (3 367m.).

A la centrale de Pampaneira (Croquis D. Henry)

Pampaneira 3_jpg

 

 

 

 

 

 

Vallée du Rio Poqueira – Esquisse pour une histoire des paysages (R. Bercovitz)

Dessins Rémi Alpujarras_1

 

 

 

 

 


[1] . Sur l’histoire de l’hydroélectricité dans le Genil : REQUENA GALIPIENSO, Alfredo. 2012. Paisaje, energía hidroeléctrica y turismo en un ámbito de sierra nevada. Valles del Alto Genil y Maitena. Mémoire de Master, Université de Grenade.