PAYSAGE – ENERGIE – MONTAGNE

Le carnet vise à rendre compte de l’avancée des travaux de l’équipe internationale et interdisciplinaire engagée dans la recherche « Ressources paysagères et ressources énergétiques dans les montagnes sud-européennes. Histoire, comparaison, expérimentation ». Ce travail s’inscrit dans le programme national de recherche « Ignis mutat res : Penser l’architecture, la ville et les paysages au prisme de l’énergie » (Ministère de la culture et de la communication, Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie »)
Sur la base d’une méthode comparatiste à l’échelle sud-européenne (France, Italie, Espagne, Suisse) et d’une démarche s’ordonnant autour d’une dialectique recherche scientifique/expérimentation projectuelle, cette recherche vise à montrer comment et dans quelle mesure le paysage peut constituer une entrée pertinente dans l’analyse et la conception d’un « espace énergétique ». La perception des relations entre question paysagère et question énergétique est aujourd’hui polarisée sur la question de l’impact visuel potentiellement négatif des infrastructures associées à l’exploitation des énergies renouvelables. Dans ce contexte, le paysage apparaît avant tout comme un argument faisant obstacle au développement de ces énergies. Ce travail a pour but de contribuer à faire évoluer ce rapport entre question paysagère et question énergétique, en montrant que le paysage est un objet sur lequel on peut s’appuyer pour faire en sorte que les choix en matière énergétique deviennent l’un des aspects et l’un des moteurs de projets concertés prenant en charge dans sa globalité le rapport société/territoire/environnement. Il s’agit, ainsi, d’expérimenter des méthodes permettant de construire et d’utiliser le paysage comme un outil de médiation, c’est-à-dire comme un référent partageable par les acteurs des politiques énergétiques et les populations concernées, leur rendant accessible et leur permettant d’intégrer la complexité des réalités socio-écologiques dont les paysages portent le reflet.
Pour servir de fondement à cette démarche de médiation paysagère, cette recherche visera à construire une lecture énergétique des paysages montagnards dans les quatre massifs européens étudiés (Sierra Nevada, Pyrénées centrales, Dolomites, Alpes valaisannes), c’est-à-dire à mettre à jour, à l’échelle du dernier siècle, les relations entre la configuration des paysages, leur mutation et le rapport à la ressource énergétique. L’un des principaux intérêt de la montagne, dans cette perspective, réside dans le fait qu’elle constitue un espace dans lequel la question des valeurs et des représentations culturelles s’est très tôt immiscée dans la question énergétique et a très tôt conditionné la configuration même des paysages dépendant des choix faits en ce domaine. L’accent sera mis sur le cas de l’hydroélectricité, dont on fait l’hypothèse qu’elle joue un rôle fondamental en Europe, à partir du début du XX° siècle, à la fois dans la « mise en tourisme » de la montagne et dans l’émergence d’une revendication de qualité paysagère, de « conflits paysagers » et de politiques du paysage.
La multiplicité des usages aujourd’hui associés aux infrastructures hydroélectriques ; les nombreux enjeux (économiques, environnementaux et paysagers, touristiques et patrimoniaux, agricoles…) attachés à l’exploitation de la ressource hydro-énergétique, font qu’il est, en montagne, peu d’aspects du rapport société/territoire/environnement qui ne soient concernés par la question hydroélectrique. Or, celle-ci se pose dans un contexte nouveau, en particulier lié à la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’eau et des plans de développement des énergies renouvelables ; contexte de nature à attiser les conflits, mais aussi à renouveler les fondements même de l’appréhension du rapport entre ressource énergétique, espace et territoire. La question environnementale et celle du développement durable, qui s’imposent aujourd’hui comme un angle de vue privilégié sur la question énergétique, portent en elle un appel à appréhender dans toutes ses dimensions et à re-territorialiser la problématique de l’hydroélectricité. C’est dans ce contexte que la démarche proposée prend tout son sens.
Le volet projectuel de la démarche de médiation paysagère prend appui dans chaque massif sur une opération en cours mettant en jeu des conflits avérés d’usage et de perception (renégociation de concessions de barrage, aménagement à visée hydroélectrique et écologique de cours d’eau…). Cet aspect de la recherche est le support d’une action pédagogique réunissant autour des projets concernés des étudiants des écoles et universités impliquées dans ce travail et permettant le croisement des savoirs et savoir-faire des paysagistes, architectes et géographes. Il s’agit de contribuer ainsi à l’échelle européenne à faire entrer ces pratiques de la médiation paysagère dans la formation des concepteurs et des géographes — c’est-à-dire de construire, en invitant les étudiants eux-mêmes à y participer, des démarches paysagères fondées sur une articulation réfléchie et maîtrisée de la posture du chercheur et de la posture du projeteur/aménageur