Summary

Summary

Landscape resources and ENERGY RESOURCES IN THE South European MOUNTAINS. History, comparison, experiment

Based on a comparative method at South European level (France, Italy, Spain, Switzerland) and an approach linking scientific research and project design, this research aims to show how and to which extend the landscape can be a relevant entry in the analysis and design of a « space of energy ». Today, the perception of the relations between landscape and energy issues is focused on the potential negative visual impact of infrastructures associated with the use of renewable energy. In this context, the landscape appears above all as an argument that hamper the development of these energies. This work aims to contribute to changing the relation between the landscape and energy issue, showing that the landscape as energy resource can become a driving force behind collaborative projects that respect society, territory and environment in all its dimensions. The question is thus to experiment methods that allows to use the landscape as a mediation tool, that is to say, as a referent that can be shared by the actors of energy policies and the people concerned, by making it accessible for them  and allowing them to integrate the complex socio-ecological realities of which the landscapes are the reflection.

To provide a basis for this landscape mediation approach, this research aims to build a “lecture énergétique” of the mountain landscapes in the four studied European massifs, that is to say, an update of the relationships between landscape patterns, their changes and their links towards energy resources over the last century. A major interest of the mountains, in this perspective, is that they constitute a space in which the question of values and cultural representations were already very early influenced by the energy issue. The energy issue determined already very early the configuration of the landscape itself, depending on the choices made in this field. The focus of our research will be on hydroelectricity, about which we hypothesize that, from the early twentieth century, it plays a fundamental role in Europe, both in the « mountain tourism development », in the emergency of a call for landscape quality, « landscape conflicts” and landscape policies.

The multiplicity of uses now associated to hydropower infrastructures; the many issues (economic, environmental and landscape, and heritage tourism, agriculture …) linked to the exploitation of hydro-energy resources, make that few aspects of the relation territory / environment are not affected by the hydropower issue. However, they have to be considered in a new context, particularly related to the implementation of the European Directive Framework on water and development plans for renewable energy; context likely to fuel conflicts, but also to renew the foundations of the understanding of the relationship between energy resource, space and territory. Environmental issues and that of sustainable development, which is now required as a preferred viewing angle on the energy issue, embody a call for an overall approach and a reterritorialisation of hydropower issues. It is in this context that the proposed approach makes sense.

The project part of the landscape mediation approach is based on operations in progress in each massif, involving known conflicts around uses and perception (renegotiation of dam concessions and hydropower and ecological river development …). This aspect of the research is the support of an action learning project in which students of the participating schools and universities are involved, allowing an exchange of knowledge and expertise of landscape architects, architects and geographers. At European level it contributes thus to introduce these practices of landscape mediation into the training of landscape designers and geographers – that is to say, to construct, by inviting students to participate , landscape approaches based on a controlled and thoughtful articulation of the position of the researcher and the point of view of the designer / developer.

 

Méthodologie de recherche

Il s’agit de présenter rapidement les modalités d’appréhension et de traitement de notre objet, le complexe énergie et paysage. Quatre mot-clé sous tendent la  méthodologie désormais en partie éprouvée du projet : co-construction, comparaison, périodisation et spatialisation.

Une démarche de co-construction

Le projet s’appuie sur une équipe pluridisciplinaire comportant des historiens, des géographes, des architectes et des paysagistes ; l’objectif a été de partager et de co-produire des outils et des méthodes d’analyse commune. Cette démarche de co-construction est fondamentale et structurante dans ce projet, de par aussi l’aspect « médiation paysagère » s’appuyant sur une implication  des habitants, des élus, etc.

Un objectif essentiel : organiser la récolte et la production de données sur chacun des terrains afin de d’obtenir un corpus constituant un socle commun, qui permette ensuite de poser la comparaison France/Espagne/Suisse/Italie d’une part mais aussi à des échelons plus fins (massif, vallée).

Des séminaires de coordination régulièrement programmés constituent des jalons fondamentaux pour une l’avancée cohérente du projet. C’est lors du premier séminaire de travail  collectif (séminaire de lancement du projet) qu’ont été posés et débattus les fondements et les modalités de la méthode de recherche. Plus généralement, ces séminaires sont des moments clés où sont proposés, discutés méthodes et résultats, où sont validés si nécessaire les ajustements voire les réorientations problématiques et méthodologiques propres à toute démarche de recherche.

Organiser la comparaison entre des terrains, des échelons ou niveaux d’analyse  (et non un comparatisme strict)

Il s’agit ici de comparer certes, mais sans chercher à nier ou masquer des différences qui relèvent de spécificités liées notamment aux terrains. Certains éléments, s’ils sont en l’état où à un moment donné, in-comparables, constituent cependant des « expériences », des éclairages potentiellement pertinents, mobilisables pour produire une réflexion globale sur la lecture énergétique du paysage et ses enjeux, et enrichir ainsi les analyses sur les processus de médiation paysagère. De plus, les données de terrain, dans leur diversité, sont aussi celles qui permettent de rediscuter des notions ou des méthodes et qui nous ont permis de recentrer le cœur de notre recherche.

La comparaison qui est proposée dans le projet est construite à plusieurs niveaux :

–  Une comparaison, tout d’abord entre les types de contextes scientifiques, sociaux et politiques (en terme d’action ou politique publique) dans lesquels se sont inscrits et développés les aménagements énergétiques de la montagne. Avec une approche scalaire visant à réarticuler échelon national et local.

–  Une comparaison ensuite, quant à la localisation des éléments structurants du complexe énergie/territoire s’intéressant notamment à l’opposition classique en montagne « haut /bas », mais aussi à la dimension visible/invisible.

–  Une comparaison enfin ciblée sur des types d’objets ou de lieux structurants le complexe énergie/territoire : le barrage, le système lac, la micro-centrale notamment.

Cette démarche de  comparaison est également produite indirectement par le choix que nous avons fait de croiser nos terrains, de les partager au moins une fois. Ainsi chaque membre de l’équipe est amené à conduire des entretiens en dehors de son terrain principal, ce qui  contribue à dé-spécifier le plus possible le regard que chacun peut porter sur son terrain de recherche.

Le 1er terrain partagé a été celui des Pyrénées centrales en mai 2012, le second sera celui de la Sierra Nevada en janvier 2013.

Périodisation

Le choix a été fait, à l’issue du 1er séminaire, d’inscrire la recherche dans un temps relativement long (XXème et XXIème siècle), temps long qui nous est apparu incontournable pour appréhender l’inscription spatiale, territoriale et paysagère des complexes énergétiques.

Une première périodisation résulte d’une mise en parallèle des politiques énergétiques, des politiques touristiques et des politiques de nature et du paysage. Elle permet d’une part de replacer et relire également les grands paradigmes scientifiques qui ont construit l’action publique par le prisme du couple énergie et paysage. Elle permet d’autre part d’identifier des acteurs-clé.

Un second type de périodisation s’attacher à retracer la production de lieux : des lieux, qui peuvent simplement correspondre à une infrastructure (un barrage) dont nous considérons qu’ils représentent des espaces-test des effets de cette combinaison entre politiques énergétiques, de nature et touristique.

Des modalités d’élaboration de fiches ont été arrêtées par l’équipe scientifique, des fiches qui doivent permettre un recueil et un archivage de l’information standards, commun à tous les terrains.

Spatialisation

Il s’agit sur chacun des terrains :

–  d’une part d’établir la spatialité actuelle du complexe énergie/paysage, afin de faire émerger un ou des territoires de l’énergie ;

–  d’autre part de reconstruire les étapes et les processus de spatialisation du complexe énergie/paysage en s’appuyant sur la périodisation => de viser à réarticuler espace/temps, à mettre en résonance période, formes spatiales et territoriales.

Pour se faire, les données récoltées seront, autant que possibles, intégrées dans un SIG et des cartes de bases (de travail, prospective, au sens d’outil d’investigation) sont produites et croisées. La carte constitue dans ce projet tout autant un outil exploratoire, qu’un simple outil de restitution de l’information (avec la production d’un corpus de cartes commun à tous les terrains)

Il s’agit aussi de dégager

–  des logiques de localisation pour les types de dispositifs ou d’objets précédemment évoqués (barrage, système lac, station touristique…)

–  et des types de dispositifs spatiaux : juxtaposés ou superposés ; connectés, déconnectés ou reconnectés par des réseaux ou des flux de nature différente (eau, énergie, touriste, travailleurs) en s’appuyant sur le travail de périodisation

Enfin, nous confronterons les différents types de territoires (territoires de gestion/protection de la nature, territoire touristique, territoire de l’énergie) afin d’identifier potentiellement des espaces ou des lieux de convergence d’enjeux, qui peuvent être des espaces « en creux », de « non projet » par exemple.

Pour conclure…

Le paysage, est également considéré en tant qu’outil dans le cadre d’une démarche de médiation paysagère, qui fait l’objet d’un point méthodologique spécifique (cf. billets spécifiques). Une démarche qui fait partie du volet pédagogique également développé dans ce projet.

Atteindre les espaces et les paysages de l’énergie pour les décortiquer

Une accessibilité qui parfois se mérite

 

 

 

 

Des paysages de l’énergie aux « infrastructures » bien différentes

 

 

 

 

Clichés pris lors du terrain réalisé entre le 6 et le 11 octobre 2012 en vallées du Gave de Pau et d’Aure

Le calendrier prévisionnel des travaux menés par les étudiants de l’ENSAP

Mardi 2 octobre 2012 – Réunion de démarrage

– Prise de connaissance du projet de recherche et de la documentation existante

Du 6 au 13 octobre 2012 – Travaux de terrain et d’enquêtes réunissant l’ensemble des enseignants et des étudiants
Du 15 au 26 octobre2012 – Recherches documentaires

– Bilan critique d’expériences de médiation

– Réflexions sur les méthodes et les outils

– Premières synthèses

Vendredi 9 novembre 2012 – Premier bilan intermédiaire des travaux de terrain et des recherches documentaires

– Présentation des méthodes et des outils envisagés

Du 12 novembre au 21 décembre 2012 – Approfondissement et élargissement des travaux de terrain et d’enquêtes et des recherches documentaires

– Réalisation de synthèses provisoires

4 décembre 2012 – Second bilan intermédiaire

– Présentation des résultats provisoires et des modalités de restitution du travail auprès des acteurs et des populations concernées

– Début de la rédaction du rapport final

Du 7 au 25 janvier 2013 – Restitution aux acteurs et aux populations
30 janvier 2013 – Remise du rapport final

Le projet dans la formation des étudiants de l’ENSAP de Bordeaux : le séminaire « Recherche & Participation »

Le séminaire « Recherche & Participation » 2012-2013 s’appuiera cette année sur la recherche en cours, pilotée par le CEPAGE-ADES UMR 5185 CNRS, intitulée « Ressources paysagères et ressources énergétiques dans les montagnes sud-européennes. Histoire, comparaison, expérimentations ». Ce séminaire se décompose de la manière suivante

 

Le séminaire « Formation à la pratique de recherche » des étudiants de 4ème année de l’ENSAP de Bordeaux vise à initier les étudiants aux méthodologies de la recherche en matière de paysage. Il constitue, à ce titre, un passage obligé pour les étudiants suivant le parcours recherche et voulant accéder à une formation doctorale. Plus que d’obtenir des étudiants une recherche aboutie, il s’agit de leur proposer de construire une problématique et de réfléchir à des méthodes d’investigations. Ce travail d’élaboration d’un sujet et d’une méthode est associé à des tests sur le terrain, visant à jauger la validité des orientations retenues. Cet aller-retour entre élaboration théorique et mise en pratique de la démarche de recherche vise à familiariser les étudiants avec le travail attendu dans le cadre d’un doctorat.

 

Il est cette année couplée avec le séminaire « Projet de paysage, représentations sociales et participation des populations ». L’objectif de ce dernier séminaire est de réaliser un travail de type à la fois épistémologique, critique et expérimental mettant en œuvre une démarche de projet de paysage axée sur la prise en compte des représentations des paysages socialement différenciées et sur la participation des populations aux politiques conduites en la matière. Il s’agit d’amener les étudiants à interroger les définitions, les finalités, les conditions et les méthodes de la participation des populations et à construire la critique des expériences déjà conduites en ce domaine, mais aussi, sur cette base, à imaginer et à expérimenter des démarches novatrices.

 

Encadrant : R. Bercovitz, S. Briffaud, J. Carré, B. Davasse, C. Marlin, P. Roy

Consultant : V. André-Lamat, I. Sacareau, J.-F. Rodriguez

Période : 1 octobre 2012 – 30 janvier 2013

Lieux de travail : Bordeaux, Pyrénées, Vallée du Gave de Pau, Vallée d’Aure

Nombre d’étudiants : 8

Les étudiants en 4ème année de l’ENSAP Bordeaux impliqués dans le programme Paysage-Energie-Montagne

Depuis début octobre, huit étudiant(e)s en 4° année (niveau bac+6) de la formation paysagiste de l’ENSAP de Bordeaux participent aux travaux du projet de recherche dans le cadre d’un séminaire « Formation à la pratique de recherche ». Les étudiants sont associés à différents aspects de cette recherche, participant à la fois au recueil des données et à l’expérimentation, sur cette base, d’une démarche de médiation.

Ils développent leur travail dans deux directions principales.

D’une part, ils participent à alimenter une lecture « énergétique » des paysages montagnards : ils contribuent à l’acquisition de données permettant de montrer en quoi l’état actuel et les dynamiques de ces paysages reflètent les formes d’exploitation de la ressource énergétique, les systèmes techniques successivement mis en œuvre à cette fin, les liens unissant la question énergétique à l’histoire de la « mise en patrimoine » et de la « mise en tourisme » de la montagne sur le temps long.

D’autre part, à partir de cette lecture énergétique du paysage, il s’agit  pour eux d’expérimenter des méthodes permettant de construire démarche de médiation visant à faire émerger et/ou à accompagner des initiatives liant étroitement projet énergétique et projet territorial global.

Au final, cette démarche visera à instituer le paysage en un référent partageable et discutable par les acteurs des politiques de l’énergie et les populations concernées.