Construire une méthodologie entre recherche et médiation

Sur les registres entrelacés de la recherche et de la médiation, la construction d’une méthode et son expérimentation est au coeur du travail des étudiants. Basé sur un travail de terrain préalable associé à un travail épistémologique et critique, le cadre méthodologique et les démarches associées sont imaginées de manière autonomes par les étudiants et discutées avec les enseignants-chercheurs participant à l’encadrement du séminaire, qui sont eux-mêmes impliqués dans cette recherche en cours.

rendu1_Page_07

 

 

 

Trois stratégies ont été définies :

1°- La stratégie du cueilleur qui vise à acquérir des connaissances en matière de ressources énergétiques et de ressources paysagères auprès des habitants/acteurs. On attend de cette démarche qu’elle permette de faire émerger des points de vues partagés (ou pas) et de dégager des pistes de projets convergentes. Cette démarche est menée sur la base d’enquêtes (plus au moins directives) auprès des acteurs locaux à partir d’un guide d’entretien et avec un certain nombre de  supports (cartes IGN, photographies …).

2°- La stratégie du traducteur dont l’objectif est de transcrire graphiquement et spatialiser les paroles d’acteurs. Ce travail d’interprétation passe par l’imagination et la production de schémas, de blocs diagrammes qui restituent les «paroles d’acteurs».

3°- La stratégie du semeur qui cherche tout d’abord à constituer une « boite à idée » à partir d’exemples de projets locaux, régionaux, nationaux et mondiaux. Elle vise également à établir une «cartographie des initiatives  locales» associant actions en faveur de la transitions énergétiques et projet de territoire. Cette démarche doit permettre un suivi des actions en place ou à venir sur le territoire.

Séminaire « Recherche et participation » – Présentation

Cet enseignement s’organise sous la forme d’un séminaire d’une durée de 4 mois où un groupe de 8 étudiants de 4° année de l’EnsapBx (niveau Master) est associé aux différents aspects du programme de recherche. Le travail des étudiants s’ordonne autour d’une dialectique recherche scientifique/expérimentation projectuelle qui vise à montrer comment et dans quelle mesure le paysage peut constituer une entrée pertinente dans l’analyse et la conception d’un « espace énergétique ».

 Photo 1

Etudiants : Ch. Calas, M. Favre, M. Fauvel, M. Gaillard, A. Hoed, J. Lehu, A. Trabaud, F. Veron,

Encadrants : R. Bercovitz, S. Briffaud, J. Carré, B. Davasse, C. Marlin, P. Roy

Consultants : V. André, I. Sacareau, J.-F. Rodriguez

 

Les objectifs

 Les objectifs du séminaire sont doubles. Il s’agit tout d’abord d’alimenter une lecture « énergétique » des paysages montagnards. A cet effet, les étudiants cherchent à rassembler les données permettant de montrer en quoi l’état actuel et les dynamiques de ces paysages reflètent les formes d’exploitation de la ressource énergétique, les systèmes techniques successivement mis en œuvre à cette fin, ainsi que les liens unissant la question énergétique, par le passé et aujourd’hui, à l’histoire de la « mise en patrimoine » et de la « mise en tourisme » de la montagne. Sur cette base, les étudiants conçoivent et imaginent des méthodes permettant de construire une démarche de médiation visant à faire émerger et/ou à accompagner des initiatives liant étroitement projet énergétique et projet territorial global. Cette démarche vise à instituer le paysage en un référent partageable et discutable par les acteurs des politiques de l’énergie et les populations concernées.

Sur les registres entrelacés de la recherche et de la médiation, la construction d’une méthode et son expérimentation est au coeur du travail des étudiants. Basé sur un travail épistémologique et critique, le cadre méthodologiques et les démarches associées sont imaginées de manière autonomes par les étudiants et discutées avec les enseignants-chercheurs participant à l’encadrement du séminaire, qui sont eux-mêmes impliqués dans cette recherche en cours.

Les territoires d’expérimentations

Les étudiants travaillent sur deux vallées pyrénéennes contiguës (vallée d’Aure et vallée du  Gave de Pau) sur lesquelles on trouve à la fois quelques uns des sites hydroélectriques majeurs de la montagne pyrénéenne, des aires protégés parmi les plus anciennes et les plus vastes, ainsi que des sites touristiques emblématiques.

Vallée gave Pau

 

 

Vallée du Gave de Pau

 

Vallée Aure

Vallée d’Aure

5ème Journées doctorales en paysages : des communications en ligne

Suite aux « 5ème Journées doctorales en paysages » des 13 et 14 décembre 2012 à Bordeaux, vous trouverez ci-dessous le lien de la chaine You Tube qui vous permettra de visionner une partie des communications réalisées à cette occasion.
Rémi Bercovitz

Paroles d’acteur en image : la carte schématique

TRADUCTEUR : mettre en image et interpréter les discours récoltés.

Un document graphique pour traduire la vision d’une personne de son territoire et qui fait le lien entre les différentes ressources

Deux exemples (Neste d’Aure) pour éprouver la démarche

1- A partir de l’entretien avec Marie

rendu1_Page_19_Cayre

 

 

 

 

 

 

2- A partir de l’entretien avec Hubert

rendu1_Page_19_Hubert

 

Paroles d’acteur en image : les blocs diagrammes évolutifs

TRADUCTEUR : de multiples représentations du paysage à différentes époques peuvent être réalisées pour chaque commune. Elles sont issues des descriptions des personnes interrogées qui ont vu le territoire évoluer.

Ces descriptions, ces interprétations d’un territoire vécu par chaque habitant,.

Elles seront à documenter de manière complémentaire en mobilisant d’autres types de sources (archives, photo aériennes, cartes postales anciennes, etc.)

Trois blocs diagrammes, pour trois temps de la commune de Cadéac, ont été réalisés à partir de l’entretien avec Jean-Louis.

1- Avant 1960

Cadeac1

 

 

 

 

 

 

2- Des années 60 à aujourd’hui

Cadeac2

 

 

 

 

 

 

3- D’aujourd’hui à demain

Cadeac3