Séminaire “Recherche et participation” – Présentation

Cet enseignement s’organise sous la forme d’un séminaire d’une durée de 4 mois où un groupe de 8 étudiants de 4° année de l’EnsapBx (niveau Master) est associé aux différents aspects du programme de recherche. Le travail des étudiants s’ordonne autour d’une dialectique recherche scientifique/expérimentation projectuelle qui vise à montrer comment et dans quelle mesure le paysage peut constituer une entrée pertinente dans l’analyse et la conception d’un « espace énergétique ».

 Photo 1

Etudiants : Ch. Calas, M. Favre, M. Fauvel, M. Gaillard, A. Hoed, J. Lehu, A. Trabaud, F. Veron,

Encadrants : R. Bercovitz, S. Briffaud, J. Carré, B. Davasse, C. Marlin, P. Roy

Consultants : V. André, I. Sacareau, J.-F. Rodriguez

 

Les objectifs

 Les objectifs du séminaire sont doubles. Il s’agit tout d’abord d’alimenter une lecture « énergétique » des paysages montagnards. A cet effet, les étudiants cherchent à rassembler les données permettant de montrer en quoi l’état actuel et les dynamiques de ces paysages reflètent les formes d’exploitation de la ressource énergétique, les systèmes techniques successivement mis en œuvre à cette fin, ainsi que les liens unissant la question énergétique, par le passé et aujourd’hui, à l’histoire de la « mise en patrimoine » et de la « mise en tourisme » de la montagne. Sur cette base, les étudiants conçoivent et imaginent des méthodes permettant de construire une démarche de médiation visant à faire émerger et/ou à accompagner des initiatives liant étroitement projet énergétique et projet territorial global. Cette démarche vise à instituer le paysage en un référent partageable et discutable par les acteurs des politiques de l’énergie et les populations concernées.

Sur les registres entrelacés de la recherche et de la médiation, la construction d’une méthode et son expérimentation est au coeur du travail des étudiants. Basé sur un travail épistémologique et critique, le cadre méthodologiques et les démarches associées sont imaginées de manière autonomes par les étudiants et discutées avec les enseignants-chercheurs participant à l’encadrement du séminaire, qui sont eux-mêmes impliqués dans cette recherche en cours.

Les territoires d’expérimentations

Les étudiants travaillent sur deux vallées pyrénéennes contiguës (vallée d’Aure et vallée du  Gave de Pau) sur lesquelles on trouve à la fois quelques uns des sites hydroélectriques majeurs de la montagne pyrénéenne, des aires protégés parmi les plus anciennes et les plus vastes, ainsi que des sites touristiques emblématiques.

Vallée gave Pau

 

 

Vallée du Gave de Pau

 

Vallée Aure

Vallée d’Aure


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.