Le rôle donné au terrrain

Cette recherche présente, nous le rappelons ici, un double défi, relatif d’une part à son caractère international — et, partant, interculturel — et d’autre part à la pratique de l’interdisciplinarité. Ces deux dimensions ne peuvent être séparées, dans la mesure où, en particulier, la répartition des laboratoires de recherche sur la carte de l’Europe correspond, tout au moins potentiellement, à des différences d’approches du paysage, et ce faisant de ses relations au « complexe énergétique » ; différences dans lesquelles transparaissaient à la fois des compétences disciplinaires spécifiques, des habitus d’équipes de recherche, des choix personnels d’orientation et des sensibilités culturelles pour partie inhérentes à la diversité des pays représentés. Le partage principal paraît se situer entre ceux qui, d’un côté, aborde le paysage dans sa dimension matérielle et comme objet de projet, et ceux qui, d’un autre côté, le regarde plutôt comme une catégorie de perception et d’action culturellement construite, support potentiel de constructions identitaires et de recompositions sociales et territoriales.

Sans chercher à gommer cette diversité d’approches, qui fait la richesse potentielle de cette expérience européenne de recherche, il est nécessaire de la rendre compatible avec un cadre de recherche partageable. Pour cela, les travaux collectifs sur le terrain se sont avérés un outil incontournable. Comme nous le pressentions, ils ont été un lieu privilégié de décloisonnement des disciplines et des approches. Ainsi, chaque participant à la recherche a été amené à donner son point de vue et à échanger sur la base d’observation faite in situ. Cela a permis à chacun d’évoluer vers la construction d’un objet commun, tout en conservant son identité et la spécificité de son approche.

Cette pratique collective de « lecture du paysage » constitue un aspect fondamental de ce que nous appelons la médiation paysagère. Elle permet d’échanger, entre chercheurs ou entre chercheurs et acteurs, autour d’un support tangible d’observation et de construire une interprétation commune de ce que nous proposons d’appeler les « situations paysagères » propres aux quatre terrains étudiés, mais aussi, et peut-être surtout, de faire apparaître les représentations implicites propres à chacun des participants à cette lecture, selon sa discipline ou sa culture propres. Si le paysage perceptible est l’un des objets de cette recherche, il est ainsi également appelé à être un des outils de construction de l’échange.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.