DOLOMITES : la mise en paysage des équipements hydroélectriques dans le bassin versant du Piave (esquisse très provisoire)

Esquisse très provisoire : seulement 3 jours de terrain dont une bonne partie dans la neige, la pluie et le brouillard…

 I –Une nature hautement énergétique

 1- Façade montagneuse élevée et profonde, très compartimentée, organisée autour de puissants massifs dolomitiques et karstiques et exposée à des précipitations abondantes (pluie et neige).

2- Un système gravitaire exacerbé par des systèmes de pentes très raides, dominé par l’abondance et la puissance énergétique des eaux :

Un système de pente largement modelé par les glaciations quaternaires (ruptures de pentes et contre-pentes, ombilics et verrous, épaulements et vallées suspendues). Epais dépôts morainiques des bassins (terrasses de kame).

– Violente torrentialité active en partie contrebalancée par d’importantes capacités de stockage et déstockage (neige + karst + dépôts morainiques et cônes de déjection plus ou moins fixés).

– Ecoulement modéré par une végétation forestière dense et étendue à toute la moyenne montagne (Pessière et Mélézin) mais qui protège assez mal du ruissellement même sous forêt.

3- Une nature montagneuse très dynamique aux versants fragiles et instables sujette à des phénomènes paroxysmiques naturels (glissements de terrain, crues, etc.) qui développe une grande puissance énergétique naturelle (géomorphogenèse, photosynthèse..).

II- Des paysages « naturels » largement artificialisés, quadrillés par un réseau hydroélectrique omniprésent et diversifié qui efface ou se superpose à un paysage agro-sylvo-pastoral toujours actif et modernisé

 1- Permanence d’une ancienne occupation agro-sylvo-pastorale fondée sur des sources énergétiques traditionnelles, naturelles ou aménagées (ensoleillement des soulanes, bois, herbe, petite irrigation des versants). Le bois, énergie et matière première, y joue un rôle essentiel (construction des villages, scieries, flottage). Actuellement, captation de l’énergie solaire. Élevage modernisé.

2- Une longue histoire dominée par la colonisation de Venise sur toute l’économie et la société montagnardes et, tout particulièrement sur la ressource forestière qui explique en grande partie l’extension et l’aménagement forestiers de la Pessière ainsi que du Mélézin.

3- La captation, au profit de la plaine, de l’énergie hydraulique et la grande épopée technicienne et technocratique des équipements hydroélectriques en cascade qui quadrillent la montagne (cf. dossier technique de Viviana Ferrario).

L’époque et les réalisations du « front pionnier hydroélectrique » et les premiers « paysages de l’énergie » (XIXe-début XXe).

Grandeurs et catastrophes de la période fasciste (dont la catastrophe de Vajont est une conséquence lointaine).

4- Une expansion touristique ancienne et continue qui modifie à la fois les paysages matériels (urbanisation, stations de ski, réseau routier..) et les représentations paysagères (lacs et barrages intégrés à l’espace touristique, etc.).

III –Typologie en réseau des « paysages de l’énergie » ou « électro-paysages » du bassin versant de la Piave

 1- Réseau hydroélectrique et quadrillage paysager

        a – Pôles paysagers « énergétiques »

              – grands lacs-barrages des hautes vallées

– lacs-barrages de la haute-montagne supra-forestière

– centrales hydroélectriques

b – Linéaires (linéaments) paysagers

              – conduites forcées

– lignes électriques (THT)

c – Paysages souterrains

              – centrales

– galeries et tunnels

d – Paysages d’accompagnement

               – routes et tunnels

2- Etagement des «  paysages de l’énergie » dans le bassin versant de la Piave (cf. coupe)

A compléter

        a – Fédala – Lac de retenue de cirque glaciaire supra-forestier de la haute montagne dolomitique entre parois rocheuses, éboulis et éléments de pelouse alpine

b – Misurina – Large paysage d’ombilic glaciaire centré sur lac de barrage implanté dans zone pastorale à la limite supérieure du Mélézin, entouré de hautes murailles dolomitiques. Site de station de ski avec de nombreux hôtels

c – Hauts massifs dolomitiques et karstiques « fond de décor » des autres paysages et grands réservoirs hydriques

        d – Santa Caterina (cf. fiche spéciale dans la fiche GTP)

Archétype du « paysage alpin dolomitique » centré sur un vaste lac de barrage dominé par les crêtes du Lavaredo et enchâssé dans la Pessière. Dissymétrie ombrée (Pessière) et soulane (villages et ancienne zone de cultures sur terrasse de kame et cônes torrentiels fixes). Centre touristique polyvalent

        e – Vajont – Paysage catastrophe dans gorge aux versants instables

f – Soverzene – Grand paysage industriel ( extérieur et souterrain) d’une centrale hydroélectrique fortement interconnectée

g – Santa Croce –Grand lac de barrage « périurbain » proche de Belluno. Activités nautiques. Au centre d’un grand bassin aux versants secs et déboisés

h – Préalpes

        i – Collines de piémont

 Conclusion

Les « paysages de l’énergie » n’existent pas en tant que tels mais comme « éléments paysagers » des paysages montagnards « globaux ».Leur place est plus ou moins importante. Ils en constituent souvent le pôle central et touristiquement attractif (Santa Caterina) mais jamais exclusif. Ils s’inscrivent dans la montagne dolomitique : ils ne l’effacent pas même s’ils en modifient le contenu et les représentations. Ils font partie de l’identité et du patrimoine de la montagne.. dont ils sont devenus l’une des principales ressources.

Claude et Georges Bertrand, Toulouse 17/06/2013

Bloc diagramme : Rémi Bercovitz

GTP Auronzo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *