Le système GTP (Géosystème – Territoire – Paysage) et les « paysages de l’énergie » du bassin versant du Piave (Dolomites, Italie)

Ce texte a le statut de « Note de travail », suite à une présentation sommaire le 24/05/2013 Centre culturel ladin de Dosoledo ( Haut Cordevole, Alpes des Dolomites)

 Comment rendre compte des « paysages de l’énergie », en fait de la place et du rôle des installations hydroélectriques, dans les paysages grandioses du bassin versant du Piave entre les Préalpes de Belluno et le haut-pays dolomitique de Cortina d’Ampezzo et du Cordevole ?

La question est posée dans le cadre d’un appel d’offres du programme de recherche européen sur les « paysages de l’énergie », lancé par le Ministère de l’Environnement français, auquel a répondu un groupe de chercheurs européens (espagnols, français, italiens et suisses) animé par Serge Briffaud , historien du paysage, professeur à l’Ecole d’Architecture et du Paysage de Bordeaux et piloté sur le terrain par Viviana Ferrario, architecte, professeur à l’Université de Padoue (qui a rédigé un dossier technique précis sur l’ensemble de l’équipement hydroélectrique (barrages, centrales etc.)) du Piave auquel nous renvoyons.

I . Le GTP comme « épistémologie de terrain »

Les « paysages de l’énergie » ont déjà été définis par consensus au sein du groupe de recherche à l’occasion de travaux réalisés dans les Pyrénées françaises et la Sierra Nevada d’Espagne. Il reste à rassembler et à harmoniser des démarches et des connaissances issues d’horizons techniques et scientifiques variés, chacun d’entre-nous possédant sa propre finalité, ses échelles de référence et son langage plus ou moins spécialisé. En somme, dégager une voie commune qui combine et canalise des points de vue spécifiques et partiels sans pour autant les confondre ou les mutiler. Un exercice préalable qui relève de l’épistémologie plus que de la méthode scientifique au sens strict. Le terrain du Piave appréhendé en commun nous y invite et nous conforte par sa complexité, d’autant qu’il s’agit, banalement, de rendre compte au mieux de l’évidente cohésion naturelle de ces paysages alpins à partir d’une meilleure cohérence des analyses scientifiques.

Les paysages des Alpes dolomitiques s’imposent comme un tout géographique et les « paysages de l’énergie » (lacs, barrages, centrales, conduites forcées et équipements annexes) en sont un des constituants les plus répandus et les plus représentatifs…mais toujours à l’ombre des puissants massifs calcaires et parmi les profondes pessières qui drapent les versants.

– Prenons l’exemple du bassin intramontagnard de Santa Caterina (cf. croquis) : grands versants boisés dominés par la haute muraille du Lavaredo, ample lac avec barrage, village urbanisé et animé pourvu de nombreux équipements touristiques, omniprésence d’une activité pastorale. Comment aller au-delà de cette énumération imprécise et incomplète et comment définir un ensemble de complexité et de diversité à la fois naturel et humain ? Paysage, environnement, milieu, espace, lieu , territoire, écosystème, géosystème ? Ou bien ces mots sont utilisés au hasard et leur sens demeure ambigu ou bien ils ont une signification précise qui les rattache à des systèmes explicatifs spécifiques et partiels. Dans la pratique, ces mots-valises glissent les uns par rapport aux autres, se recoupent ou se recouvrent, parfois même se contredisent. Aucun n’est inutile mais isolé aucun ne peut satisfaire. Ils expriment autant de facettes d’une même réalité et fonctionnent souvent comme dans un kaléidoscope. Le bassin de Santa Caterina est, avant toute analyse, un objet en soi, dans sa globalité vécue, un « terrain unique » inscrit dans la diversité des Alpes dolomitiques. Il doit être traité d’abord en tant que tel à l’aide d’une méthode adaptée à cet ensemble géographique.

– Le problème n’est pas nouveau. L’outil, à la fois épistémologique et méthodologique existe, banal et éprouvé. Il s’agit de l’analyse de système fondée sur la théorie du système général. Elle vient combler les déficits de pratiques cartésiennes et positivistes trop analytiques et trop dispersées. Depuis plus d’un demi-siècle la méthode est largement utilisées dans toutes les disciplines : linguistique, mathématique, cybernétique, écologie, économie, géographie… L’écologie moderne fondée sur le concept d’écosystème en est la meilleure illustration, la plus proche de nos préoccupations… du mois en ce qui concerne la partie biologique de notre propos. De cette méthode fondée sur l’auto-organisation et l’interactivité nous retiendrons surtout son principe téléologique (J.C. Lemoigne), c’est-à-dire sa construction finalisée autour d’un projet. Notre projet étant de définir parmi la diversité du paysage du bassin versant du Piave des « paysages de l’énergie », c’est-à-dire des ensembles territoriaux organisés par et autour de la production hydroélectrique.

Le système GTP, qui associe trois concepts différents mais proches (le géosystème, le territoire, le paysage) n’est rien d’autre qu’une théorie systémique générale d’ordre autant épistémologique que méthodologique. Son projet central est de rendre compte au plus près des connaissances sectorielles, de la structure et du fonctionnement globaux de la « nature » dans son rapport d’artificialisation avec les sociétés. Dans une perspective que l’on pourrait qualifier à la fois de géographique et d’environnementale si ces deux termes n’étaient pas aujourd’hui  un peu trop galvaudés.

Cette intégration va de pair avec un  métissage conceptuel dans la mesure où les objets ou phénomènes considérés sont presque toujours le produit d’une combinatoire nature-culture. C’est ainsi que la moindre parcelle d’Epicea de Santa Caterina se définit à la fois comme une biomasse liée à l’énergie photosynthétique et à l’assimilation chlorophyllienne ainsi qu’à des pratiques sylvicoles multiséculaires. De la même façon que le régime des torrents est depuis le XIXe siècle corrigé par les barrages et les lacs de retenue. Le métissage entre les faits physiques et les faits sociaux constitue un « obstacle méthodologique » (G.Bachelard) majeur de la méthode. La pratique montre qu’il n’est pas insurmontable : regarder un paysage dans sa combinatoire est déjà une première étape. Les principes qui sous-tendent le  GTP soulignent à la fois son ambition conceptuelle et délimitent son  champ d’intervention : globalisation et métissage, complexité et diversité, unicité et universalité objet-sujet. Soit des couples ambivalents sinon antinomiques que l’on pourrait qualifier d’oxymores.

–          Cette dialectique de la complexité et de la diversité doit nous aider à éclairer la complication banalement perçue des paysages de Santa Caterina. Les troncs d’Epicea et les lampadaires de la promenade au bord du lac participent de cette complexité car ils coexistent dans le même paysage. Cette combinatoire doit être appréhendée à partir de la diversité des éléments constitutifs. Par exemple, la biodiversité n’est pas le seul défi scientifique à relever. La diversité s’exprime autant dans le plan social, par exemple dans les activités agro-sylvo-pastorales et dans les nombreuses spécificités touristiques que dans les processus physiques « abiotiques » , par exemple dans la dynamique très contrastée des versants soit sous couvert forestier plus ou moins stable, soit zébré par des couloirs d’avalanche et des cônes de déjection en pleine activité. Ces multiples diversités interfèrent avec la biodiversité. La complexité paysagère est de l’ordre de la diversité.

–          L’unicité est une autre caractéristique du paysage. Avec son lac-barrage, son urbanisation linéaire, ses versants forestiers et les cimes emblématiques du Lavaredo en fond de décor, le bassin de Santa Caterina est un ensemble unique. Seule une monographie peut en rendre compte. Le GTP permet effectivement de construire une monographie plus évoluée, de nature systémique, c’est-à-dire hiérarchisée et surtout sous-tendue par un projet. C’est la condition nécessaire pour passer de la monographie au modèle spatial, qui seul permet la comparaison et la généralisation indispensables pour appréhender les « paysages de l’énergie » de l’ensemble des montagnes méditerranéennes.

II .  Le GTP comme méthode

 Le système GTP a été conçu pour tenter de trouver une réponse à la complexité-diversité de l’espace géographique appréhendé dans sa globalité. Il ne se substitue à aucune autre méthode et s’accorde au contraire parfaitement avec les études sectorielles dont la contribution à la connaissance reste, de toute évidence, indispensable. Comme toujours l’opposition entre démarche analytique et démarche globale est un faux procès. La seule ambition du GTP est de se hausser à la hauteur d’un objet que les recherches spécialisées ont compartimenté. Avec ces dernières il n’y a aucune antinomie mais une irrépressible continuité, avant, après et pendant le GTP.

Le GTP se traite en trois grands sous-ensembles (on pourrait en imaginer d’autres) qui ont pour caractéristiques d’être des produits métissés, mixtes, hybridés entre nature et culture. Chacun ayant sa spécificité avec sa propre finalité et les deux étant, de toute évidence, en constante interaction.

1 – Le géosystème comme source – L’image à retenir est celle de la source qui jaillit du versant, comme la résurgence dite miraculeuse qui sourd au pied du bourg d’Auronzo. C’est un phénomène naturel mais plus ou moins modifié, voire pollué, par les activités humaines de l’amont. C’est donc un sous-ensemble de nature bio-physico-chimique plus ou moins anthropisé, c’est-à-dire artificialisé. Dans beaucoup de cas on peut le qualifier de nature-artefact (pessière ou pelouse pastorale). Sur le terrain, le géosystème peut se découper à partir d’une échelle pluriscalaire de référence (cf. croquis) du géotope  (source de référence) au géofaciès (terroir agricole de basse soulane en voie d’abandon) et au géocomplexe (moyenne ombrée forestière). A la différence de l’écosystème il embrasse la totalité de l’espace, y compris l’anthropisation et les phénomènes abiotiques (géomorphogenèse, impact pastoral).

2 – Le territoire comme ressource – Le bassin de Santa Caterina est à la fois un lieu, un espace d’activité et un moyen de production. Il constitue l’archétype du « paysage énergétique » fondé sur un grand équipement hydroélectrique qui stocke et turbine les eaux. Son emprise économique est essentielle et l’expansion du bourg d’Auronzo en est la principale conséquence sociale. Cependant ce n’est pas la seule ressource. Il s’y ajoute non seulement l’activité touristique et la transformation du bois (scierie) mais aussi toute l’énergie naturelle lumineuse et thermique ainsi que l’énergie gravitaire des eaux que l’hydroélectricité a su capter.. mais en partie seulement.

3 – Le paysage comme ressourcement et représentation socio-culturelle. C’est à partir du panorama du barrage que le bassin de Santa Caterina prend toute sa grandeur et sa poésie de « paysage dolomitique ». Du côté amont, on ne se lasse pas d’admirer le calme romantique d’un lac enfoui dans de sombres forêts, un rivage bordé d’une blanche agglomération, le tout dominé voire un peu écrasé par le puissant massif dolomitique du Lavaredo dont les cimes enneigées inversées se reflètent dans le miroir du lac. Du côté aval c’est, au contraire, un « paysage industriel » de béton et de poutrelles dans le fracas bouillonnant du déversoir. A la fois représentation et ressourcement ce paysage contrasté porte en lui l’identité, le patrimonial et la symbolique des lieux vécus. Un paysage de l’énergie animé par la dynamique des eaux à la fois domestiquées et sauvages.

4 – Les états du GTP dans la discordance des temps.

Le GTP est solidement enraciné dans l’espace matériel et immatériel. Son inscription dans le temps est un peu plus complexe. Le Géosystème biophysique, le Territoire socio-économique et le Paysage socio-culturel s’inscrivent dans des temporalités très différentes à la fois décalées et chevauchantes. Décrire un état moyen du GTP revient à le neutraliser. C’est dans la succession des « états » que se définit un GTP, son tempo en quelque sorte. Sur le terrain, les temporalités qui se succèdent, à la fois les « temps ronds » des saisons (la phénologie) si importants en montagne et les temps plus longs de l’histoire de la nature et de l’histoire des sociétés successives. Voir le barrage catastrophique du Vajont dans la pluie et le brouillard quasi hivernaux et le bassin montagnard de Misourina nappé de neige sous un soleil éclatant avec ses premières animations touristiques est insuffisant pour appréhender ces paysages de l’énergie dans tous leurs états. Le GTP permet de caler le système de représentation en assurant aux « paysages de l’énergie » leurs bases historiques, à la croisée de la nature et de la culture. De ce point de vue le GTP, essentiellement défini comme une épistémologie et une méthode constitue aussi, au cours du temps , une didactique globale pour l’action , tout particulièrement pour l’aménagement du territoire, ici pour l’équipement hydroélectrique des Alpes dolomitiques au travers de leurs « paysages de l’énergie ».

Claude et Georges Bertrand, Toulouse, 20 juin 2013

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *