Rapport d’activité à 1 an

Les membres de l’équipe du programme ont rendu en mai 2013 un rapport intermédiaire composé de deux volumes.

Le volume 1 était consacré à l’état d’avancement du programme (cf. table des matières ci-dessous), quant au volume 2 il rassemblait  les productions scientifiques réalisées au cours de cette année.

NB : Le II/3 qui explicite le rôle donné au terrain au sein du projet fait l’objet d’un billet spécifique.

 

Introduction

 

Sur l’état d’avancement des travaux

 

Sur l’orientation générale de cette première phase de la recherche

 

Sur la forme donnée à ce rapport

 

 

I. ÉVOLUTION DES ORIENTATIONS ET DES FONDEMENTS THÉORIQUES DE LA RECHERCHE

 

1. Fonder la comparaison sur un cadre théorique intégrateur : une adaptation du « système G.T.P. »

 

2. Les scénarios paysagers de l’énergie, ou comment le complexe  énergétique rencontre le complexe paysager montagnard   

 

3. Les figures paysagères de l’énergie, ou comment le rapport à la ressource énergétique rencontre les logiques de ressourcement

 

4. Outils de travail et modes de représentation des scénarios et lectures de paysage

 

5. L’analyse des conflits

 

 

II. COORDINATION ET MODALITÉS DU TRAVAIL EN ÉQUIPE

 

1. Les séminaires de coordination

 

2. Autres aspects du travail de coordination

 

3. Le rôle donné au terrain

 

 

III. DONNÉES RASSEMBLÉES ET DÉMARCHES MISES EN ŒUVRE

 

A. Constitution et analyse du corpus documentaire

 

1. Sources

 

2. Bibliographie

 

B. Construction de périodisations

 

C. Observations sur le terrain et rencontre avec les acteurs locaux

 

 

IV. ÉLÉMENTS DE COMPARAISON

 

a. Comparaison des données de base

 

b/ les scénarios paysagers de l’énergie à la lumière de la comparaison : une dialectique du monographique et du polygraphique

 

1. La ressource énergétique et la montagne agro-pastorale et forestière

 

2. Exploitation de la ressource énergétique, tourisme et construction d’un espace du ressourcement

 

3. Les situations énergético-paysagères contemporaines au regard de la longue durée : de la recherche fondamentale à la médiation

 

 

V. CALENDRIER

                                                                        

Colloque de l’Union Française d’Electricité : mai 2013

Transition énergétique : quels nouveaux équilibres pour le système électrique ?

Documents téléchargeables : sont disponibles notamment sur le site les Actes du colloque, l’intervention de JM Jancovici et les dossiers de presse

http://colloqueufe.ufe-electricite.fr/

Connaissances des énergies : hydroélectricité

Une fiche de synthèse pour quelques repères

Catégories de centrales, fonctionnement technique, enjeux par rapport à l’énergie, unités de mesure et chiffres de clés…

A lire aussi : « Renouvellement des concessions hydrauliques : un canal sinueux » ou « Les barrages hydrauliques perturbent-ils les poissons », ….

http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/hydroelectricite

 

Barrages, représentations sociales et développement durable… Un lien à consulter

http://www.epictures.fr/dossier-barrages_representations-sociales-et-developpement-durable/

Résumé proposé par l’auteur de l’article en ligne

L’objet de cette recherche est d’étudier les représentations sociales ayant trait aux barrages dans le monde. L’image de chacun de ces ouvrages d’art est intimement liée à leur impact sur l’environnement, mais aussi sur la population (dans un sens davantage sanitaire voir, éthique). La production hydroélectrique est souvent brandie comme une des principales solutions face à l’effet nocif de l’activité de l’Homme sur la planète. Mais à y regarder de plus près, les grands barrage sont-ils si « écolos » qu’ils ne le laisse paraître ? Et quels impacts sur ces hommes et ces femmes qui pourtant sont censées profiter de leurs bienfaits ? Tour d’horizon de la question en chiffres et au travers de quelques faits et exemples historiques. Toutes ces observations seront confrontées en fin de texte au cas d’un petit barrage cette fois-ci, bien de chez nous, situé près de Font-Romeu : le barrage du lac des Bouillouses. Celui-ci dispose en effet d’une très bonne image auprès de des locaux… étude du contexte historique, du projet et de l’aura dont il dispose

Construire une méthodologie entre recherche et médiation

Sur les registres entrelacés de la recherche et de la médiation, la construction d’une méthode et son expérimentation est au coeur du travail des étudiants. Basé sur un travail de terrain préalable associé à un travail épistémologique et critique, le cadre méthodologique et les démarches associées sont imaginées de manière autonomes par les étudiants et discutées avec les enseignants-chercheurs participant à l’encadrement du séminaire, qui sont eux-mêmes impliqués dans cette recherche en cours.

rendu1_Page_07

 

 

 

Trois stratégies ont été définies :

1°- La stratégie du cueilleur qui vise à acquérir des connaissances en matière de ressources énergétiques et de ressources paysagères auprès des habitants/acteurs. On attend de cette démarche qu’elle permette de faire émerger des points de vues partagés (ou pas) et de dégager des pistes de projets convergentes. Cette démarche est menée sur la base d’enquêtes (plus au moins directives) auprès des acteurs locaux à partir d’un guide d’entretien et avec un certain nombre de  supports (cartes IGN, photographies …).

2°- La stratégie du traducteur dont l’objectif est de transcrire graphiquement et spatialiser les paroles d’acteurs. Ce travail d’interprétation passe par l’imagination et la production de schémas, de blocs diagrammes qui restituent les «paroles d’acteurs».

3°- La stratégie du semeur qui cherche tout d’abord à constituer une « boite à idée » à partir d’exemples de projets locaux, régionaux, nationaux et mondiaux. Elle vise également à établir une «cartographie des initiatives  locales» associant actions en faveur de la transitions énergétiques et projet de territoire. Cette démarche doit permettre un suivi des actions en place ou à venir sur le territoire.

Séminaire “Recherche et participation” – Présentation

Cet enseignement s’organise sous la forme d’un séminaire d’une durée de 4 mois où un groupe de 8 étudiants de 4° année de l’EnsapBx (niveau Master) est associé aux différents aspects du programme de recherche. Le travail des étudiants s’ordonne autour d’une dialectique recherche scientifique/expérimentation projectuelle qui vise à montrer comment et dans quelle mesure le paysage peut constituer une entrée pertinente dans l’analyse et la conception d’un « espace énergétique ».

 Photo 1

Etudiants : Ch. Calas, M. Favre, M. Fauvel, M. Gaillard, A. Hoed, J. Lehu, A. Trabaud, F. Veron,

Encadrants : R. Bercovitz, S. Briffaud, J. Carré, B. Davasse, C. Marlin, P. Roy

Consultants : V. André, I. Sacareau, J.-F. Rodriguez

 

Les objectifs

 Les objectifs du séminaire sont doubles. Il s’agit tout d’abord d’alimenter une lecture « énergétique » des paysages montagnards. A cet effet, les étudiants cherchent à rassembler les données permettant de montrer en quoi l’état actuel et les dynamiques de ces paysages reflètent les formes d’exploitation de la ressource énergétique, les systèmes techniques successivement mis en œuvre à cette fin, ainsi que les liens unissant la question énergétique, par le passé et aujourd’hui, à l’histoire de la « mise en patrimoine » et de la « mise en tourisme » de la montagne. Sur cette base, les étudiants conçoivent et imaginent des méthodes permettant de construire une démarche de médiation visant à faire émerger et/ou à accompagner des initiatives liant étroitement projet énergétique et projet territorial global. Cette démarche vise à instituer le paysage en un référent partageable et discutable par les acteurs des politiques de l’énergie et les populations concernées.

Sur les registres entrelacés de la recherche et de la médiation, la construction d’une méthode et son expérimentation est au coeur du travail des étudiants. Basé sur un travail épistémologique et critique, le cadre méthodologiques et les démarches associées sont imaginées de manière autonomes par les étudiants et discutées avec les enseignants-chercheurs participant à l’encadrement du séminaire, qui sont eux-mêmes impliqués dans cette recherche en cours.

Les territoires d’expérimentations

Les étudiants travaillent sur deux vallées pyrénéennes contiguës (vallée d’Aure et vallée du  Gave de Pau) sur lesquelles on trouve à la fois quelques uns des sites hydroélectriques majeurs de la montagne pyrénéenne, des aires protégés parmi les plus anciennes et les plus vastes, ainsi que des sites touristiques emblématiques.

Vallée gave Pau

 

 

Vallée du Gave de Pau

 

Vallée Aure

Vallée d’Aure

5ème Journées doctorales en paysages : des communications en ligne

Suite aux “5ème Journées doctorales en paysages” des 13 et 14 décembre 2012 à Bordeaux, vous trouverez ci-dessous le lien de la chaine You Tube qui vous permettra de visionner une partie des communications réalisées à cette occasion.
Rémi Bercovitz

Paroles d’acteur en image : la carte schématique

TRADUCTEUR : mettre en image et interpréter les discours récoltés.

Un document graphique pour traduire la vision d’une personne de son territoire et qui fait le lien entre les différentes ressources

Deux exemples (Neste d’Aure) pour éprouver la démarche

1- A partir de l’entretien avec Marie

rendu1_Page_19_Cayre

 

 

 

 

 

 

2- A partir de l’entretien avec Hubert

rendu1_Page_19_Hubert

 

Paroles d’acteur en image : les blocs diagrammes évolutifs

TRADUCTEUR : de multiples représentations du paysage à différentes époques peuvent être réalisées pour chaque commune. Elles sont issues des descriptions des personnes interrogées qui ont vu le territoire évoluer.

Ces descriptions, ces interprétations d’un territoire vécu par chaque habitant,.

Elles seront à documenter de manière complémentaire en mobilisant d’autres types de sources (archives, photo aériennes, cartes postales anciennes, etc.)

Trois blocs diagrammes, pour trois temps de la commune de Cadéac, ont été réalisés à partir de l’entretien avec Jean-Louis.

1- Avant 1960

Cadeac1

 

 

 

 

 

 

2- Des années 60 à aujourd’hui

Cadeac2

 

 

 

 

 

 

3- D’aujourd’hui à demain

Cadeac3

Grenade : compte-rendu des sorties de terrain

Par Serge Briffaud, à partir des informations communiquées sur place par Marina Frolova-Ignatieva, Yolanda Jiménez Olivencia, Miguel Ángel Sánchez del Árbol et Alfredo Requena Galipienso.

Les participants ont été accueillis au sein de l’Instituto de Desarrollo Regional de l’Université de Grenade. Le séminaire avait pour but principal de permettre aux chercheurs des quatre pays de prendre connaissance du terrain andalou et d’échanger sur les premiers résultats obtenus pour esquisser une comparaison à l’échelle internationale. Les sorties de terrain dans la Sierra Nevada organisées par l’équipe espagnole ont largement contribué elles-mêmes à stimuler et à nourrir les discussions sur la comparaison des cas d’étude. Elles ont aussi constitué un fondement pour un retour réflexif sur les modalités mêmes de la construction de la comparaison, les concepts et le cadre théorique partageables qui en constituent le fondement.

Carte 1 : Itinéraire dans la vallée du Genil.

Carte itinéraire Genil

Carte 2 : Itinéraire en vallée de Lecrin et dans les Alpujarras

Carte itinéraire Alpujarras

 

 

 

 

 

 

Conduites par Marina Frolova-Ignatieva, Yolanda Jiménez Olivencia, Miguel Ángel Sánchez del Árbol et Alfredo Requena Galipienso, ces sorties nous ont permis de visiter la vallée du Genil (carte 1, lundi 28/01) et de Lecrin, Nigüelas (mardi après-midi 29/01) et la vallée du rio Poqueira (mercredi 30/01, carte 2). Les observations faites in situ ont globalement confirmé la pertinence de la problématique centrale de notre recherche sur le terrain andalou et la comparabilité des résultats, tout en permettant de mieux saisir les particularités du cas de la Sierra Nevada.

Le premier constat est celui de l’importance relative des infrastructures énergétiques dans les paysages actuels. Eoliennes du Lecrin, lac de barrage du Genil et de Béznar (dont la fonction n’est toutefois que partiellement hydroélectrique), centrales et conduites forcées du rio Poqueira s’imposent dans le paysage, avec parfois une ostentation critiquée (éoliennes du piémont), ou au contraire des avantages esthétiques reconnus (lac du Genil et du Lecrin).

 

Genil et Alpujarras : la ressource hydroélectrique au carrefour des mutations territoriales et paysagères

Le Genil et les Alpujarras (versant sud de la Sierra Nevada) illustrent parfaitement les interrelations, dont l’analyse constitue le cœur même de notre recherche, entre exploitation de la ressource énergétique, développement touristique, politiques forestières et exploitation des ressources agro-pastorales. La vallée du Genil, qui s’ouvre à proximité immédiate de Grenade, est l’un des lieux de mémoire de la « conquête » touristique de la Sierra Nevada, qui débute ici à la fin du XVIIIème siècle. Lieu de villégiature pour les Grenadins, elle constitue l’une des vallées les plus fréquentées du massif. Ici l’exploitation de la ressource hydroélectrique apparaît très directement liée, historiquement, au développement touristique [1]. Une centrale (la plus ancienne du massif) est créée dès 1898 à Pinos de Genil, en contrebas du barrage actuel et une autre plus bas en 1907, qui alimente une usine de blanchissement du

papier. Elles sont suivies plus tard des centrales del Castillo et de Maitena (1923), et un tramway alimenté électriquement grâce à cette dernière relie Grenade à l’extrémité de la vallée dès 1925. Son existence est avant tout liée à un ambitieux projet touristique consistant à conduire les visiteurs jusqu’à une auberge-relais, point de départ de courses à cheval dans la haute montagne et point de jonction avec un téléphérique (jamais construit) qui devait conduire les touristes à un hôtel (électrifié) – l’Hôtel del Duque – situé à 1 500 m. d’altitude sur le chemin du Pico del Veleta (3 396 m.). L’ensemble du dispositif relève de l’initiative privée. Il est pensé et financé par le Duc de San Pedro de Galatino, dont le but était de relier deux hôtels lui appartenant : l’Alhambra Palace à Grenade (construit en 1910) et celui du Genil.

A travers ce projet commence ainsi à se dessiner, entre Grenade et Veleta, et autour de l’exploitation coordonnée de deux grands foyers de l’attractivité touristique (un grand monument historique et une « wilderness ») un territoire métropolitain englobant une partie de la Sierra. L’énergie électrique, ici, avant même que l’on soit capable de la transporter sans déperdition sur de longues distances, contribue à ce qu’un lien plus serré se noue entre montagne et plaine.

Le tramway demeure en fonction jusqu’en 1974, époque où émerge le projet du barrage de Canales qui prend place dans le plan d’aménagement du bassin-versant du Guadalquivir. Le barrage entre en fonction en 1989, noyant une partie de la vallée. Le lac, dont les eaux reflètent les sommets enneigés du massif, devient alors l’une des attractions touristiques majeures du Genil. La promenade plantée très « urbaine » aménagée au sommet du barrage montre que l’on assume pleinement cette fonction de l’infrastructure.

Photo 1 (S. Briffaud, janvier 2013) – Lac de barrage de Canales (Vallée du Genil)

Lac de barrage de Canales (Vallée du Genil)

 

 

 

 

 

 

Photo 2 (S. Briffaud, janvier 2013) – Promenade aménagée sur le barrage de Canales (Vallée du Genil)

Promenade aménagée sur le barrage de Canales (Vallée du Genil)

 

 

 

 

 

Les années 1974-1989 apparaissent ainsi dans le Genil comme le moment où s’effectue le passage d’une forme à une autre du rapport entre complexe énergétique et complexe territorial. Elle correspondent à l’époque où, sur fond d’ouverture de l’Espagne au monde et d’essor du tourisme de masse en Andalousie, les ressources hydrauliques de la Sierra sont mobilisées pour faire face à des besoins nouveaux, tandis que les vallées se dépeuplent et s’enfrichent. Ce moment est aussi celui d’une patrimonialisation de la haute montagne (la Sierra devient Réserve de Biosphère en 1986 et le Parc national de la Sierra Nevada est créé en 1989, l’année même de la mise en fonction du barrage de Canales) et de basculement vers une économie essentiellement fondée sur une ressource touristique désormais exploitée selon de nouvelles modalités (création de la station de ski de Pradollano en 1964).

Depuis le barrage de Canales en regardant vers l’ouest  (croquis D. Henry)

Le Canales_Sierra Nevada_jpg

 

 

 

 

 

Entre Grenade et les Alpujarras, la vallée du Lecrin apparaît comme un véritable « paysage énergétique ». Le lac de barrage de Béznar, mis en eau en 1935 pour l’irrigation du littoral et l’alimentation d’une importante centrale hydroélectrique est aujourd’hui entourée de plusieurs grands champs d’éoliennes.

Photo 3 (S. Briffaud, janvier 2013) – Vallée de Lecrin et lac de Béznar, au pied des Alpujarras

Vallée de Lecrin - Panorama

 

 

 

 

 

Sur la façade sèche du versant sud de la Sierra Nevada, abritée des vents humides de l’ouest qui pénètrent sans obstacle dans la vallée du Genil, la ressource hydrique est rare et l’hydroélectricité n’a de fait, pas, historiquement, la même importance. On ne peut ainsi être que davantage frappé par les investissement récents en ce domaine. Ainsi à Nigüelas, où une centrale bénéficiant d’une hauteur de chute de plus 600 m. s’est installée au cours des années 1990 dans la gorge qui s’ouvre au sud-est du bourg.

Photo 4 (S. Briffaud, janvier 2013) – Alpujarras – Rio Poqueira – Aménagement hydroélectrique en fond de vallée et reboisement des hauts versants.

ApuJarras - Rio Poqueira - Aménagement hydroélectrique en fond de vallée et reboisement des hauts versants

Dans la vallée du Rio Poqueira, où nous nous sommes davantage attardés, un aménagement hydroélectrique marque aussi fortement le paysage. Le projet de construire trois centrales « au fil de l’eau » date ici des années 1940 mais sa mise en œuvre s’étale jusqu’au début des années 1980 (centrale de Pampaneira, 1956 ; de Poqueira, 1957 ; et del Duque, 1981). L’aménagement hydroélectrique de la vallée participe ici d’une mutation territoriale globale, dont il est sans doute à la fois l’un des moteurs et l’une des conséquences. Cette mutation n’est pas seulement celle d’une vallée. Il faut l’envisager à l’échelle au moins régionale (essor touristique et balnéarisation/urbanisation de la Costa del Sol, notamment). Dans cette montagne fortement marquée depuis l’époque d’Al-Andalous par la présence des cultures irriguées, la maîtrise paysanne de l’eau est à la fois au cœur du système d’exploitation des ressources et aux fondements de rapports sociaux qui s’ordonnent largement autour de l’accès à l’eau et des règles de vie collective qu’il suppose. On conçoit qu’en un tel contexte, le développement de l’hydroélectricité ne peut reposer que sur un coup de force (concevable dans le contexte de la dictature franquiste), ou sur une transformation du rapport social à la ressource (ou les deux à la fois). La déprise agraire, qui s’affirme ici à partir des années 1960, crée ainsi sans aucun doute des conditions favorables au projet hydroélectrique,  mais aussi au reboisement, voué à la stabilisation hydrogéologique du versant, au moment où les infrastructures énergétiques sont construites, en contrebas, dans la gorge.

Carte 3 : Rio Poqueira – Carte des infrastructures hydroélectriques (B. Davasse)

Carte hydroélectricité Alpujarras

 

 

 

 

 

Globalement, nous assistons ainsi, alors, à la pénétration dans la vallée d’une logique exogène d’aménagement. L’extraterritorialité de l’aménagement énergétique est bien traduit par l’aspect des quartiers construits pour héberger les ouvriers employés à la construction des infrastructures hydroélectriques : les toits en tuiles de leurs maisons contrastent de façon très frappante avec les toits plats en terre caractéristiques de l’habitat traditionnel des « villages blancs ». Ce tournant est inséparable du développement du tourisme — et l’on retrouve ici sous une autre forme une convergence entre processus de touristification et exploitation de la ressource énergétique, toutes deux participants d’une reconfiguration du rapport à la ressource, associée à la pénétration au cœur du massif d’une logique d’« équipement » et d’« aménagement ». De cette dernière témoigne notamment, pour ce qui concerne le tourisme, l’aménagement de la route fermée il y a peu par le Parc National, qui reliait les deux versants de la Sierra par le col de Veleta (3 367m.).

A la centrale de Pampaneira (Croquis D. Henry)

Pampaneira 3_jpg

 

 

 

 

 

 

Vallée du Rio Poqueira – Esquisse pour une histoire des paysages (R. Bercovitz)

Dessins Rémi Alpujarras_1

 

 

 

 

 


[1] . Sur l’histoire de l’hydroélectricité dans le Genil : REQUENA GALIPIENSO, Alfredo. 2012. Paisaje, energía hidroeléctrica y turismo en un ámbito de sierra nevada. Valles del Alto Genil y Maitena. Mémoire de Master, Université de Grenade.