Equipe scientifique

Un projet coordonné par : Serge BRIFFAUD

Responsables scientifiques par sites d’étude : Bernard DAVASSE (Pyrénées), Laurent DAUNE (Alpes suisses), Viviana FERRARIO (Alpes italiennes), Marina FROLOVA IGNATIEVA (Sierra Nevada)

Laboratoire-pilote : ADES-UMR 5185 du CNRS/Université de Bordeaux, équipe CEPAGE (Centre de recherche sur l’histoire et la culture du paysage/Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux) : Véronique ANDRE-LAMAT, Rémi BERCOVITZ, Serge BRIFFAUD, Bernard DAVASSE, Emmanuelle HEAULME, Dominique HENRY, Cyrille MARLIN, Isabelle SACAREAU.

Laboratoires associés :

• Instituto de Desarrollo Regional/Universidad de Granada.

• Unité de recherche « Governo e Governance delle trasformazioni del paesaggio »/Università IUAV di Venezia.

• Institut du Paysage, de l’architecture, de la Construction et des Territoires (InPACT)-groupe de recherche « Projet de paysage» / Haute Ecole du Paysage, d’Ingénierie et d’Architecture (HEPIA) de Genève.

Les membres de l’équipe

Bernard DAVASSE

Maître-assistant à l’ENSAP de Bordeaux, équipe CEPAGE (Centre de recherche sur l’histoire et la culture du paysage) de l’UMR 5185 ADES du CNRS et de l’Université de Bordeaux, 740, cours de la Libération, BP 70109, F-33 405 TALENCE CEDEX

Bernard est enseignant-chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux et au CEPAGE-ADES UMR 5185 CNRS/Université de Bordeaux. Biogéographe de formation, il travaille sur les interrelations entre sociétés et environnement, en les inscrivant dans la durée et en mettant en œuvre une analyse interdisciplinaire située à l’interface entre sciences naturelles et sciences sociales. Cette mise en perspective historique lui permet, en se plaçant sur le terrain de l’action, d’aborder la question des effets concrets des pratiques sociales sur les matérialités paysagères et de participer à une forme d’expertise fondamentale au service d’une gestion à la fois durable et concertée des territoires. Ces dernières années, ses activités de recherches se sont, en particulier, développées vers les théories et les méthodes de l’observation environnementale et paysagère, en lien avec les représentations socio-spatiales, les attentes et les sensibilités des acteurs et des habitants. Il est responsable des activités de recherche menées sur le terrain pyrénéen.

Véronique ANDRE-LAMAT

Maître de Conférences au département de Géographie de l’UFR Sciences du territoire et de la Communication à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux3. Membre de l’UMR 5185 ADES CNRS/Université de Bordeaux, Maison des Suds, 12 esplanade des Antilles, 33607 PESSAC CEDEX

Mail : v.andre@ades.cnrs.fr

Véronique est enseignant-chercheur. Géographe de l’environnement, deux grands axes structurent ses travaux de recherche : représentation et gestion de l’environnement, analyse de l’action publique environnementale d’une part ; environnement et développement d’autre part (avec des terrains au Sud). Il s’agit d’analyser l’évolution des représentations et des catégories de connaissances utilisées par les différents acteurs (savoirs savants, savoirs profanes et autochtone) ; représentations qui déterminent les choix politiques, l’action publique, les usages et peuvent être à l’origine de conflits. L’analyse des représentations (paysagères ou cartographiques par exemple), des discours et du jeu des acteurs, l’approche cognitive, sont mobilisées pour analyser cette évolution et les enjeux qui en découlent, principalement les dispositifs de zonages environnementaux. Enfin, au-delà de la simple compréhension des ressorts décisionnels, il s’agit aussi d’interroger les termes de la participation, de l’intégration du citoyen dans la « boucle de la décision », au sein de projets engagés localement mais le plus souvent fortement structurés et coordonnés à d’autres échelles.

Marina FROLOVA

Maître-assistant au Département de Géographie Régionale et Physique, à l’Université de Grenade, Campus de Cartuja, 18071, Grenade (Espagne) et chercheur à l’Institut du Développement Régional, Centro de Documentación Científica, 3a planta, Université de Grenade c/Rector Lopez Argueta, s/n 18071, Grenade (Espagne).

 

Marina Frolova est enseignant-chercheur au Département de Géographie Régionale et Physique et à l’Institut du Développement Régional, Université de Grenade. Géographe de formation. Diplômée en géographie de l’université d’État de Moscou-M.V. Lomonossov et docteur en géographie et aménagement de l’université de Toulouse 2-Le Mirail, elle a travaillé sur le thème du paysage dans de nombreuses équipes internationales. Ces dernières années, ses activités de recherches se sont, en particulier, développées vers les paysages émergents des énergies renouvelables.

VV

Viviana FERRARIO,

Architecte, titulaire d’un Master européen en Architecture et Développement Durable à l’EPFL de Lausanne, Docteur en Urbanisme, est professeur d’Urbanisme à l’Université Iuav de Venise.

 

Elle se consacre également à la recherche scientifique, auprès de l’unité de recherche “Governo e governance delle trasfromazioni del paesaggio » de l’Université Iuav et en collaboration avec le Département de Sciences historiques, Geographiques et de l’Antiquité de l’Université de Padoue. Dans ce cadre, elle s’est spécialisée sur les transformations de la ville contemporaine et des territoires de montagne, et en particulier sur le rôle de l’agriculture et le rapport entre urbanisation et espace cultivé. Elle est l’auteur de différents articles et essais, parmi lesquels Landscapes of Urbanism, paru chez Officina en 2011, et de Paesaggio e Benessere, paru chez Franco Angeli en 2011. Responsable scientifique du projet « Traditions constructives alpines », financé par l’Institut National de la Montagne de 2004 à 2006, elle coordonne actuellement l’équipe italienne du projet CNRS “Ressources paysagères et ressources énergétiques dans les montagnes sud-européennes. Histoire, comparaison, expérimentation », en collaboration avec l’Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux.
Depuis 2000, elle exerce son activité professionnelle d’architecte à Padoue. De 2008 à 2009, elle a également été consultante techno-scientifique à la Région Veneto pour le Plan Territorial Regional, et notamment pour la rédaction de l’Atlante Ricognitivo degli Ambiti di Paesaggio (2009).

 

Rémi BERCOVITZ

Doctorant au CEPAGE (ADES UMR 5185 du Cnrs – Université de Bordeaux – École Nationale supérieur d’architecture et du paysage de Bordeaux) – Paysagiste DPLG – Enseignant contractuel EnsapBx.

Mail : bercovitzremi@gmail.com

Après des études d’histoire qui l’on amené à travailler sur l’histoire de la ville contemporaine et en particulier sur les politiques d’urbanisme des années 1950 en région parisienne, Rémi Bercovitz entame une formation de paysagiste DPLG à l’EnsapBx. Il développe alors des méthodes et démarches relatives à la participation des habitants et des acteurs locaux en matière de politiques paysagères. Dans cette perspective, il travaille depuis 2009 en tant que praticien pour plusieurs maîtres d’ouvrages et dans plusieurs bureaux d’études. En parallèle, il est enseignant vacataire à l’EnsapBx. Il mène actuellement une recherche doctorale dans le cadre d’une Convention Industrielle de Formation par la Recherche en Entreprise (CIFRE) avec le Conseil Général des Deux-Sèvres (79).

Frédéric THION

CS CNRS, Gestionnaire
Responsable de la gestion de l’ensemble des crédits de l’Unité (SE, Contrats).

Mail : frederic.thion@u-bordeaux2.fr

Tél : 05 56 84 68 47

 

Serge BRIFFAUD

 Serge Briffaud est historien.

Ses travaux portent sur l’histoire des représentations du paysage et celle des politiques paysagères en France et en Europe. Il a travaillé sur l' »invention » des paysages montagnards, en particulier pyrénéens, entre XVI° et XIX° siècles. Depuis quelques années ses travaux s’orientent, dans un cadre de recherche en équipe pluridisciplinaire, sur les processus actuels de « mise en paysage » des territoires locaux européens, abordés prioritairement du point de vue des représentations de l’histoire qu’ils amènent à construire et à mobiliser. Son expérience au sein de l’école du paysage de Bordeaux l’a d’autre part conduit à apporter sa contribution à une critique et une théorisation des pratiques paysagistes contemporaines.

Jean-François RODRIGUEZ

Enseignant contractuel à l’Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage (ENSAP) de Bordeaux. Membre de l’équipe CEPAGE (Centre de recherche sur l’histoire et la culture du paysage) de l’UMR 5185 ADES du CNRS et de l’Université de Bordeaux. 740 cours de la Libération, BP 70109, F-33 405 TALENCE CEDEX

 

Jean-François est architecte. Il enseigne à l’ENSAP de Bordeaux dans la formation Paysage, dans les domaines de la lecture des paysages, de la pratique du processus de projet et d’une manière plus générale dans le domaine de la pensée et la représentation de l’espace et du paysage. Ses travaux de recherche se situent au cœur du triptyque des actions d’aménagement, de l’évolution des représentations sociales et du développement des pratiques touristiques dans les territoires de montagne. Il entreprend sa démarche sous l’angle de la dimension historique, suivant principalement une méthode de lecture des paysages. Il s’intéresse plus particulièrement à l’émergence des nouveaux patrimoines culturels dans les paysages de haute montagne, et s’interroge sur leur résonance dans les processus de patrimonialisation et de valorisation sociale dans un imaginaire de la haute montagne dominé par le paradigme du paysage naturel. Il termine une thèse en géographie à l’Université du Mirail sur les nouveaux patrimoines de haute montagne dans les Pyrénées, particulièrement les refuges et les paysages de l’hydroélectricité.

En tant qu’architecte, il a réalisé plusieurs chantiers dans les Pyrénées, dont l’extension et la restructuration de refuges de montagne dans le cadre de l’adaptation à l’évolution des pratiques touristiques montagnardes et de la mise aux normes de sécurité et d’hygiène. Il est aussi l’auteur d’un guide de randonnée pour la traversée des Pyrénées par le versant espagnol en suivant le GR11. Il a traduit plusieurs ouvrages et articles en espagnol.

Isabelle SACAREAU

Professeur de Géographie à l’Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne-Bordeaux 3,membre de l’UMR 5185 ADES depuis septembre 2009

Mes thèmes de recherche portent sur l’approche géographique du tourisme et sur les grandes montagnes (Himalaya, Andes, Atlas). Après ma thèse sur les porteurs de trekking du Népal, j’ai développé mes recherches individuelles et collectives au sein de l’Équipe MIT dirigée par Rémy Knafou, sur l’approche géographique du tourisme,  tout en continuant à travailler sur les grandes montagnes  (Himalaya, Atlas, Andes). J’ai participé au programme de recherche coordonné par Joëlle Smadja sur l’histoire et le devenir des paysages en Himalaya népalais. L’ensemble de ces travaux a abouti en 2003 à la publication d’un ouvrage, intitulé « La montagne, une approche géographique » (Belin) et en 2006 à la soutenance à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne d’une Habilitation à diriger des recherches intitulée « Tourisme et sociétés en développement, une approche géographique. Des exemples dans les grandes montagnes ».

Je participe depuis 2009 aux programmes de recherche de l’UMR 5185 ADES au sein du pôle 1  » Paysage ».

Dom paysagiste 1

Dominique HENRY

Paysagiste dplg, enseignant à l’EnsapBx et chercheur au Cepage (ADES UMR 5185 CNRS – Université de Bordeaux – École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux).

Courriel : paysagisteitinerant@yahoo.fr

Blog : Le champ d’à côté

Dominique s’intéresse aux jardins – il s’est d’abord formé aux techniques d’aménagements paysagers – et aux paysages agricoles pour lesquels il consacre ses plus récents travaux. Tout comme le jardin est un univers reconnu chargé de sens et d’attachement, le paysagiste interroge, à l’échelle de vastes territoires ruraux, en quoi les formes paysagères et leurs évolutions sont le résultat des manières de faire et de pratiquer les lieux, mais aussi en quoi elles portent l’empreinte des valeurs et des affects de ceux qui les produisent. Il s’agit d’une ethnogéographie des paysages qu’il pratique à partir d’un important travail de terrain, où se croisent analyse paysagère diachronique, dialogues en situation avec les acteurs-habitants et travail de représentation graphique des paysages. Sa thèse récemment soutenue porte ainsi attention aux pratiques « d’entretien » de la montagne pastorale pyrénéenne et aux valeurs subjectives, individuelles et collectives, qui leurs sont contenues.

Son enseignement auprès d’étudiants-paysagistes est consacré à la connaissance et à l’apprentissage du processus de projet de paysage dans les territoires ruraux d’échelle intercommunale.

Dominique cultive aussi son imagination créatrice dans de petits jardins qu’il aménage et anime un blog, Le champ d’à côté, conçu comme un espace de médiation, entre réflexion et action paysagiste.

 

Laurent DAUNE

Laurent Daune est professeur HES à la Haute école du paysage, de l’ingénierie et d’architecture de Genève. Responsable du groupe de recherche « Projet de paysage ».

hepia
Rue de la Prairie, 4
CH-1202 GENEVE

Après un diplôme HES en architecture du paysage complété par un Master en Patrimoine et jardins historiques à Versailles, il a dirigé une agence de paysage durant 14 ans. Actuellement, il dirige le groupe de recherche “Projet de paysage” avec lequel il est engagé dans des recherche sur les eaux pluviales urbaines, l’agriculture urbaine, les trames vertes urbaines, l’énergie et le paysage, ainsi que les grand processus d’évolution des territoires des agglomérations. Il a dirigé notamment le diagnostic et l’état des lieux du paysage de l’agglomération du Grand Genève. Il développe actuellement, avec le soutien de l’OFEV, la mise au point industrielle de murs végétaux à forte valeur environnementale.

Séraphin HIRTZ

Assistant de recherche à l’HEPIA de Genève, institut INPACT (INstitut du Paysage, d’Architecture, de la Construction et du Territoire), filière Architecture du Paysage, 4 rue de la prairie, 1202 Genève.

Architecte paysagiste HES de formation, Séraphin occupe le poste d’assistant de recherche au sein de la Haute Ecole du Paysage, d’Ingénierie et d’Architecture de Genève (HEPIA). Après quatre ans d’expérience au sein d’un bureau de paysage, où il s’est confronté à la réalité du terrain conjugué aux enjeux économiques, politiques des projets de paysages. Aujourd’hui il participe à divers projets de recherche au sein du groupe « Projet de paysage ». Il travaille notamment  sur la dimension des trames vertes urbaines sur l’agglomération du Grand Genève, et collabore au développement d’outils de planifications avec la Direction Générale de la Nature du Paysage (DGNP). Il développe au sein d’une équipe pluridisciplinaire et dans le cadre d’un partenariat école/industrie  un mur végétal nouvelle génération qui répond aux enjeux environnementaux actuelles. Enfin il participe à la recherche  « ressources paysagères et ressources énergétiques dans les montagnes sud-européennes » et collabore aux recherches menées sur le territoire Valaisan.

Charlotte CHOWNEY

Assistante HES à la haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève, depuis septembre 2011.

Elle a obtenu en 2012 son Master en « Géographie et Sciences du Territoire » à l’Université de Genève. Avec une mention en Développement territorial et information géographique, cette formation l’a spécialisée dans le double domaine culturel et politique des représentations et des pouvoirs territoriaux et environnementaux. Elle a réalisé son mémoire de Master sur la thématique des représentations de la nature en ville. En traitant notamment,  la concurrence entre la nature et la ville qui émane de leur catégorisation et de la construction historique de leurs représentations. Depuis septembre 2011, elle encadre les enseignements des étudiant-e-s en première année de bachelor universitaire en architecture du paysage.  Dirigée par Laurent Daune, les recherches auxquelles elle s’intéresse portent principalement sur les thématiques de l’agriculture urbaine (dans le cadre d’un financement au niveau  européen COST AUE) et des trames vertes urbaines. Elle collabore accessoirement à  la recherche du groupe « projet de paysage » qui porte sur les « ressources paysagères et ressources énergétiques dans les montagnes sud-européennes »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.